Les Envoyés spéciaux pour la région des Grands Lacs prennent note de la cessation des hostilités annoncée par le M23

Le Représentant spécial du Secrétaire général, Martin Kobler, remercie un Casque bleu de la brigade d’intervention de la MONUSCO pour son rôle dans la libération de zones occupées par le M23. Photo: MONUSCO/Sy Koumbo Singa Gali

4 novembre 2013 – Les Envoyés spéciaux pour la région des Grands Lacs ont exprimés lundi leur préoccupation face à la reprise des violences entre le groupe rebelle M23 et les forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC).

Dans une déclaration commune, l'Envoyée spéciale du Secrétaire général, Mary Robinson, le Représentant Spécial du Secrétaire général pour la RDC, Martin Kobler, et leur homologues de l'Union africaine – Boubacar Diarra –, des Etats-Unis – Russell Feingold –, et de l'Union Européenne – Koen Vervaeke –, prennent acte de « l'annonce du M23 de cesser les hostilités comme première étape indispensable vers la paix et l'exhortent à renoncer à sa rébellion ».

« Les Envoyés spéciaux demandent en outre au gouvernement congolais de s'abstenir de toute autre action militaire à ce stade. Reconnaissant que d'importants progrès ont été accomplis dans le Dialogue de Kampala, les Envoyés spéciaux exhortent les deux parties à poursuivre leur engagement pour faire aboutir le processus politique par un accord final et de principe qui garantirait le désarmement et la démobilisation du M23 et l'obligation de reddition de comptes pour les violations des droits de l'homme. »

Le Sommet conjoint de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) et la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL) à Pretoria offrent selon eux une « excellente » opportunité de parvenir à un consensus pouvant permettre de mettre fin à la crise sécuritaire et faire avancer la pleine mise en œuvre de l'Accord-cadre pour la Paix, la Sécurité et la Coopération.

Signé en février 2013 à Addis-Abeba par la RDC et dix autres pays de la région, ainsi que par quatre organisations régionales et internationales, l'Accord-cadre propose une approche globale pour une paix durable dans les Grands Lacs, régulièrement menacés par les activités de groupes rebelles armés.

Par ailleurs, dans un second communiqué rendu public en fin de journée, le Représentant spécial Martin Kobler a exhorté tous les groupes armés y compris les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) à ne pas profiter de cette situation sécuritaire fragile. « La MONUSCO agira avec force et détermination face à toutes tentatives d'exploiter la situation », a-t-il prévenu.


News Tracker: autres dépêches sur la question

En mission dans les Grands Lacs, le Conseil de sécurité rencontre les chefs d'État de la région

En savoir plus





Coup de projecteur