Un an après le passage de Sandy, le PNUD appelle à soutenir la reconstruction dans les Caraïbes

La ville de Mayarí, à Cuba, après le passage de l’ouragan Sandy. Photo: PNUD/Juan Pablo Carreras (Photo d’archive)

29 octobre 2013 – À l'occasion du premier anniversaire du passage dévastateur de l'ouragan Sandy dans les Caraïbes et aux États-Unis, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a lancé mardi un appel à redoubler d'efforts pour aider les communautés affectées à se relever dans les Caraïbes.

« Sandy fut l'un des ouragans les plus violents à avoir frappé la côte atlantique et son passage a dévasté les Bahamas, Cuba, la République dominicaine, Jamaïque, parmi d'autres pays, avant d'atteindre la côte est des États-Unis », a rappelé le Directeur de ce bureau régional du PNUD, Heraldo Munoz, dans une tribune reprise par les médias.

Un an après, le PNUD indique que les efforts de reconstruction se poursuivent. Plus de 300.000 logements ont été endommagés et trois millions de personnes touchées après le passage de Sandy à Cuba en octobre 2012. Le PNUD a lancé un programme de relèvement de six millions de dollars à l'appui des efforts de reconstruction des communautés. Un an après la tempête, près de 50 % des logements endommagés ont été reconstruits à Santiago de Cuba.

« En raison de vulnérabilités socioéconomiques structurelles, les habitants des pays en développement sont souvent moins bien préparés à des phénomènes météorologiques aussi violents et malheureusement, il faut davantage de temps pour assurer leur relèvement », a expliqué le Coordinateur du PNUD pour la réduction des risques de catastrophes et la reconstruction, Jo Scheuer.

« Si les dégâts causés aux États-Unis étaient plus importants, ceux essuyés par certains pays des Caraïbes, en particulier Haïti et Cuba, ont eu un impact économique plus important, notamment en ce qui concerne la perte de moyens de subsistance », a-t-il ajouté. En Haïti, l'ouragan a aggravé la crise humanitaire causée par le séisme de 2010.

Cependant, les efforts déployés au cours des années précédentes par les gouvernements de la région, avec l'appui du PNUD, dans le domaine de la réduction et de la prévention des risques ont permis de réduire considérablement le nombre de victimes.

Le principal atout de Cuba en matière de préparation repose sur l'établissement de Centres de gestion pour la réduction des risques. Créés conjointement en 2005 par La Havane et le PNUD, les centres permettent aux administrations locales de recueillir et de gérer des informations relatives aux risques de catastrophes à l'échelle locale et de prendre ainsi des décisions informées pour protéger en amont les communautés.

En Haïti, les projets de reconstruction menée suite au tremblement de terre de 2010 ont également contribué à réduire l'impact de l'ouragan.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Ouragan Sandy : devant l'Assemblée générale, Ban fait un bilan des défis rencontrés et des leçons apprises

Coup de projecteur