Un expert de l'ONU appelle à la création d'une assemblée parlementaire mondiale avec des pouvoirs consultatifs

L’expert indépendant des Nations Unies sur la promotion d’un ordre international démocratique et équitable, Alfred de Zayas. Photo: Kristof Berking.

28 octobre 2013 – Lors de la présentation de son rapport à l'Assemblée générale, le Rapporteur spécial pour la promotion d'un ordre international démocratique et équitable, Alfred de Zayas, a rappelé lundi que la paix est indispensable pour réaliser un ordre international démocratique et équitable.

Une ONU revitalisée et une Assemblée générale proactive restent « le meilleur espoir de l'humanité », a affirmé M. de Zayas. Il est temps que l'Assemblée générale rejette le fléau de la guerre et développe des mécanismes d'alerte rapide « pour détecter et neutraliser la désinformation, la propagande de guerre insidieuse et la panoplie de prétextes utilisés par certains États pour justifier l'usage de la force ».

M. de Zayas a souligné que le Secrétaire général des Nations Unies pourrait utiliser ses bons offices et déployer des stratégies préventives pour contrer la propagande belliciste et informer le Conseil de sécurité, mais aussi l'Assemblée générale et le Conseil des droits de l'homme, des tensions qu'il observe.

« Il y a eu, récemment, des moments dangereux où la menace du recours à la force en dehors du contexte permis par la Charte des Nations Unies a pesé au dessus du monde comme une épée de Damoclès », a déclaré l'expert indépendant de l'ONU en dénonçant « la propagande belliciste irresponsable menée par les médias à sensation ». Selon lui, il faut définir des stratégies pour contrer la manipulation de l'opinion publique qui vise à rendre l'usage de la force plausible et socialement acceptable.

« L'Assemblée générale pourrait envisager de convoquer une conférence visant à créer une assemblée parlementaire mondiale avec des pouvoirs consultatifs », a proposé M. de Zayas. « Il s'agit de remédier aux lacunes en matière de démocratie en donnant une voix à l'opinion publique mondiale, en faisant participer les citoyens au processus de prise de décisions à l'échelle mondiale par l'intermédiaire d'élus ».

Pour M. de Zayas, la crise financière mondiale et ses séquelles entravent la réalisation d'un ordre international démocratique et équitable. Pour lui, cette crise est aussi « morale ». Les États devraient revoir leurs priorités budgétaires en réduisant la part des dépenses militaires au profit de la promotion et de la protection des droits de l'homme pour tous. Ce faisant, ils devraient garantir la transparence fiscale et budgétaire et faciliter la participation de la société civile aux mécanismes décisionnels.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Un expert de l'ONU demande une protection renforcée pour les lanceurs d'alerte

En savoir plus





Coup de projecteur