Un expert propose la création au sein de l'ONU d'un seul organisme international en charge de la migration

Le Rapporteur spécial sur les droits des migrants, François Crépeau. Photo ONU/Jean-Marc Ferré

25 octobre 2013 – Favorable à une meilleure gouvernance mondiale des migrations, l'expert indépendant des Nations Unies sur les droits de l'homme des migrants a demandé aujourd'hui la création d'un seul organisme international, de préférence au sein du système des Nations Unies, pour s'attaquer de manière exhaustive aux multiples aspects de ce phénomène.

« L'absence de cadre global signifie que la gouvernance mondiale des migrations reste fragmentée », a déclaré le Rapporteur spécial l'ONU, François Crépeau, à l'occasion d'une conférence de presse donnée au Siège à New York sur les conclusions de son dernier rapport, qu'il a présenté hier à la Commission des affaires sociales, humanitaires et culturelles de l'Assemblée générale (Troisième Commission).

Présent aux côtés du Président du Comité pour la protection des droits de tous les travailleurs migrants, Abdelhamid El Jamri, M. Crépeau a expliqué qu'actuellement, au niveau international, les divers organismes et experts, aussi bien intentionnés soient-ils, comparables à autant de « pièces détachées les unes des autres ».

Plus important encore, il n'existe pas une seule organisation au sein du système des Nations Unies traitant de cette question dans un cadre institutionnel cohérent, « en dépit de l'excellent travail fourni par l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), qui ne fait en réalité pas partie du système des Nations Unies et dont la constitution ne contient pas les mots « droits de l'homme ».

En l'absence de véritable cohérence, les problématiques de migration relèvent de la souveraineté des États, dans le cadre de processus qui pêchent souvent par manque de transparence. « Les États se tiennent à distance des instruments juridiques contraignants des Nations Unies, avec une préférence pour une gouvernance informelle des migrations », a affirmé le Rapporteur spécial.

Pour remédier à cette situation et garantir aux migrants des droits inaliénables, M. Crépeau a suggéré la possibilité de faire de l'OIM une organisation du système des Nations Unies dont la charte serait axée sur la notion de protection.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Des experts de l'ONU rappellent les droits fondamentaux des migrants

Coup de projecteur