Les besoins des personnes handicapées, insuffisamment pris en compte dans la préparation aux catastrophes

Photo : SIPC

10 octobre 2013 – La Représentante spéciale des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophe, Margareta Wahlström, a indiqué jeudi que les personnes handicapées étaient surreprésentées parmi les victimes de catastrophes et trop rarement entendues par les autorités dans le cadre des mesures de préparation.

Selon une étude du bureau de l'ONU pour la Stratégie internationale de prévention des catastrophes (SIPC), les personnes handicapées dans le monde sont rarement consultées sur leurs besoins en cas de catastrophe. Lors des évacuations rendues nécessaires par les inondations ou les tremblements de terre, seulement 20% des personnes interrogées ont répondu qu'elles seraient en mesure d'évacuer immédiatement et sans difficulté, 6% ont dit qu'ils ne seraient pas en mesure d'évacuer et le reste ont déclaré qu'ils seraient en mesure d'évacuer mais avec difficulté.

Près de 6.000 personnes handicapées dans 126 pays ont participé au sondage en ligne sur les mesures de préparation aux catastrophes.

« Les résultats de cette enquête sont choquantes. Ils révèlent clairement que la principale raison pour laquelle un nombre disproportionné de personnes handicapées souffrent et meurent lors de catastrophes, c'est que leurs besoins sont négligés ou ignorés par les autorités », a dénoncé Mme Wahlström.

Publié à l'occasion de la Journée internationale de la prévention des catastrophes naturelles, qui sera observée le 13 octobre, l'étude met en évidence l'urgence d'inclure la problématique du handicap dans toutes les situations d'urgence.

Avec un délai suffisant, le pourcentage de ceux qui pourraient évacuer sans difficulté passerait selon l'étude de 20 à 38%, ce qui montre l'importance des systèmes d'alerte précoce.

Les résultats de ce sondage montrent également que 71% des personnes interrogées n'ont pas de plan de préparation, 31% ont toujours quelqu'un pour les aider à évacuer et 13% ont affirmé ne jamais bénéficier d'une telle assistance.

Les personnes handicapées sont également confrontés à des difficultés après les catastrophes, puisque les systèmes d'urgence et les secours sont mal conçus pour les handicapées, a expliqué Mme Wahlström lors d'une conférence de presse à New York.

« Les problèmes d'intégration des personnes handicapées au système de planification conduit à des systèmes insuffisants », a-t-elle souligné. « L'étude montre que les personnes handicapées comptent principalement sur leurs amis et les membres de leur famille pour assurer leur sécurité ».


News Tracker: autres dépêches sur la question

Réduction des risques de catastrophe: l'ONU insiste sur le renforcement des partenariats avec le secteur privé

Aucun résultat
Aucun résultat