Afghanistan : à l'approche des élections de 2014, le Conseil proroge l'autorisation de la FIAS

Des troupes de la Force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS) à Kandahar, en Afghanistan. Photo: FIAS/PAO/Matthew Chlosta

10 octobre 2013 – Le Conseil de sécurité a, à l'unanimité de ses quinze membres, prorogé jeudi, jusqu'au 31 décembre 2014, l'autorisation de la Force internationale d'assistance à la sécurité (FIAS) en Afghanistan.

Mandatée par les résolutions du Conseil de sécurité, la Force internationale d'assistance et de sécurité (FIAS) constitue la composante militaire de la coalition opérant sous l'égide de l'OTAN dans ce pays depuis 2001.

S'il reconnaît qu'il incombe aux autorités afghanes d'assurer la sécurité et de faire respecter l'état de droit dans l'ensemble du pays, le Conseil souligne toutefois le rôle que la FIAS joue en aidant le gouvernement afghan à cet égard, ainsi que pour se doter des capacités nécessaires.

La résolution adoptée aujourd'hui souligne par ailleurs l'importance de l'accord conclu entre le gouvernement et les pays contributeurs de la FIAS lors du Sommet de l'OTAN tenu à Lisbonne, « visant à transférer progressivement la pleine responsabilité de la sécurité dans l'ensemble du pays au gouvernement afghan d'ici à la fin de 2014 ». Le Conseil autorise ainsi les États Membres participant à la FIAS à prendre toutes les mesures nécessaires à l'exécution de son mandat.

Le Conseil de sécurité demande à la Force et au Haut-Représentant civil de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN) de continuer d'agir en étroite consultation avec le gouvernement afghan et le Représentent spécial du Secrétaire général de l'ONU).

Il faut renforcer, souligne-t-il, la coordination et l'appui mutuel entre la FIAS et la Mission d'assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA), compte tenu « du caractère évolutif et de la taille réaménagée de la présence de la communauté internationale ».


News Tracker: autres dépêches sur la question

Afghanistan : l'ONU salue l'instauration d'un «environnement plus positif» à l'approche des élections

En savoir plus





Coup de projecteur