Asie du Sud-Est : Ban appelle au renforcement du partenariat entre l'ONU et l'ASEAN

Le Secrétaire général, à l’ouverture du Sommet de l’ANASE, à Bandar Seri Begawan, Brunei Darussalam. Photo: ONU/Paulo Filgueiras

10 octobre 2013 – Le Secrétaire général Ban Ki-moon a appelé jeudi au renforcement du partenariat entre l'ONU et l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN) dans le cadre de leur travail commun en faveur de la paix, des droits de l'homme et du développement durable dans la région.

« Vous avez une occasion unique de positionner l'ASEAN pour le siècle à venir. L'ONU est fière d'être votre partenaire et nous apprécions votre volonté de renforcer ce partenariat », a déclaré M. Ban aux participants au Sommet de l'ASEAN, qui se tient à Brunei Darussalam.

Pour le Secrétaire général, le partenariat entre les deux organisations devient à la fois plus approfondi et plus vaste, avec quatre domaines où des résultats tangibles peuvent être obtenus : le développement durable, les droits de l'homme, la connectivité régionale et la paix et sécurité.

Selon lui, la connectivité régionale dans les domaines logistique, commercial et de la libre circulation des personnes entre les pays est cruciale pour des relations à la fois plus propices à leur prospérité commune.

M. Ban s'est félicité à cet égard de la participation de la Commission économique et sociale de l'ONU pour l'Asie et le Pacifique (CESAP) à l'élaboration du Plan pour le renforcement de la connectivité régionale. « L'ONU continuera de soutenir la mise en place de la communauté de l'ASEAN, prévue pour 2015. Nous sommes également prêt à soutenir les efforts pour améliorer la sécurité énergétique et la gestion des ressources communes, notamment hydriques. »

M. Ban a ensuite salué les « progrès impressionnants » réalisés en matière de développement durable par les pays de l'ASEAN pour réaliser les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) avant la date-butoir de 2015.

« Nous continuerons de travailler avec vous pour atteindre l'ensemble des OMD. Cela est indispensable pour bien préparer l'établissement d'une vision harmonieuse pour l'après-2015. L'ONU souhaite entendre la voix des nations de l'ASEAN et œuvrer de concert à un plan ambitieux à l'appui du développement durable », a affirmé M. Ban.

« La lutte contre la pauvreté doit être notre priorité et le développement durable servira de principe et de ligne directrice », a-t-il ajouté.

Soulignant la vulnérabilité de la région aux catastrophes naturelles, en particulier climatiques, le Secrétaire général a réitéré l'engagement de l'Organisation pour prévenir et répondre à ce type de phénomènes, qui constitue l'un des piliers de la coopération entre l'ONU et l'ASEAN.

« Nous pouvons seulement prévenir les catastrophes climatiques si nous renforçons la lutte contre les changements climatiques », a jugé M. Ban en rappelant la nécessité de finaliser un accord juridique solide en 2015, pour succéder au Protocole de Kyoto.

Selon le chef de l'ONU, le programme de développement post-2015 doit également être axé sur les droits, en particulier ceux des femmes, des jeunes et des groupes marginalisés.

« La région de l'ASEAN est l'une des plus diversifiées au monde, avec une grande variété de cultures, de religions et de traditions. La paix et le développement durable pour tous les peuples de la région dépendent aussi des relations harmonieuses entre communautés et nations », a expliqué M. Ban.

Le Secrétaire général a salué par ailleurs les efforts déployés pour résoudre les tensions et les conflits dans la région, comme le différend qui oppose le Cambodge et la Thaïlande sur le tracé de leur frontière commune.

Par ailleurs, les autorités thaïlandaises ont entamé un dialogue avec l'un des groupes d'insurgés du sud de ce pays, le Front de libération islamique Moro, dans le cadre d'un processus facilité par les gouvernements de Malaisie et des Philippines. La voie vers une résolution de ce conflit est désormais ouverte, s'est félicité M. Ban.

Abordant la situation au Myanmar, M. Ban a rappelé que ce pays avait lancé un processus de réformes « sans précédent », exhortant toutefois le gouvernement et toutes les communautés à se pencher sur les causes profondes des violences interconfessionnelles qui secouent certaines régions.

« Le processus de réforme au Myanmar ne peut aboutir que si toutes les communautés du pays se sentent en sécurité et incluses ».

En marge du sommet, M. Ban s'est entretenu avec des responsables gouvernementaux de l'Indonésie, de la Thaïlande et du Cambodge.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Asie-Pacifique : un forum régional de l'ONU souligne l'importance de la préparation aux situations de catastrophe

Coup de projecteur