Bangladesh: après un nouvel incendie meurtrier, l'OIT plaide pour une meilleure protection des employés du textile

Le Directeur général de l’Organisation internationale du travail (OIT), Guy Ryder. Photo: OIT

9 octobre 2013 – L'Organisation internationale du Travail (OIT) a fait part mercredi de sa vive émotion suite à un nouvel incendie d'un atelier de confection au Bangladesh.

Selon les médias, au moins neuf personnes ont été tuées et une cinquantaine d'autres blessées dans l'incendie qui a ravagé mardi l'Aswad Composite Mills, situé près de Dhaka. Le bilan pourrait s'alourdir.

« Ce nouvel incendie qui touche le secteur de l'habillement au Bangladesh est le reflet d'une triste réalité particulièrement choquante: l'absence d'efforts suffisants mis en place pour s'assurer des conditions de santé et de sécurité au travail des employés du secteur textile », dénonce le Directeur de l'OIT, Guy Ryder, dans une déclaration.

Malgré le nombre extrêmement élevé de victimes ces dernières années, des ouvrières et des ouvriers continuent de mourir en raison de problèmes qui auraient pu être résolus si des conditions décentes de travail étaient appliquées, estime M. Ryder.

Depuis l'effondrement du Rana Plaza en avril dernier, qui a coûté la vie à plus de 1.100 personnes, le gouvernement du Bangladesh ainsi que les partenaires sociaux travaillent ensemble pour améliorer les conditions de travail, renforcer les inspections et relever les niveaux de protection en matière de sécurité incendie et des bâtiments dans le secteur de l'habillement à travers le pays.

« Cependant, tous ces efforts et les engagements pris seront vains tant qu'ils ne se transformeront pas en actions concrètes afin d'éviter de nouvelles pertes […] parmi le personnel. Comme toujours, l'OIT est prête à soutenir les efforts des partenaires sociaux », précise le patron de l'Organisation, pour qui cet incendie doit être « le dernier ».


News Tracker: autres dépêches sur la question

L'OIT salue l'accord conclu dans le secteur de l'habillement afin d'améliorer la sécurité des usines au Bangladesh

Coup de projecteur