Lampedusa : des experts de l'ONU exhortent l'Union européenne à protéger les droits des migrants

Le Rapporteur spécial sur les droits des migrants, François Crépeau. Photo ONU/Jean-Marc Ferré

7 octobre 2013 – Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits des migrants, François Crépeau, a réitéré lundi son appel aux États membres de l'Union européenne pour qu'ils adoptent une nouvelle approche respectueuse des droits des migrants.

« L'évènement tragique de la semaine dernière au large de l'île de Lampedusa, qui a coûté la vie à plus de 100 migrants, sans compter les disparus, est un rappel des tragédies sur lesquelles peut déboucher la migration », déclare M. Crépeau dans un communiqué de presse, publié dans la foulée de la réunion de haut niveau sur la migration et le développement, qui s'est tenue jeudi et vendredi au Siège de l'ONU à New York.

Seuls 150 des 500 passagers du bateau surchargé ont survécu à la traversée périlleuse de la Méditerranée. Le bateau a chaviré et coulé après avoir pris feu. Les victimes, parmi lesquelles de nombreuses femmes et enfants, étaient majoritairement des ressortissants érythréens et somaliens.

« Malheureusement, ceci n'est qu'une tragédie parmi tant d'autres qui coûtent chaque année la vie à des migrants qui tentent de quitter leur pays, que cela soit dans un désert, en montagne ou en haute mer, partout dans le monde », a déploré M. Crépeau.

« Si les Etats continuent de pénaliser la situation irrégulière sans adopter de mesures pour offrir des moyens juridiques aux migrants, en particulier à ceux qui n'ont pas de qualification, et ainsi limiter leurs possibilités de parvenir à leur destination en toute sécurité, leur nombre ne cessera d'augmenter », a-t-il ajouté.

Lors d'une mission en Italie en 2012, effectuée dans le cadre d'une étude de la gestion des frontières de l'Union européenne et de l'impact sur les droits des migrants, l'expert indépendant avait exhorté les États membres de l'Union à inscrire les droits des migrants au cœur des politiques migratoires.

« Cette tragédie souligne la nécessité de mettre en œuvre cette recommandation », a poursuivi M. Crépeau. Son appel avait d'ailleurs été relayé par les Rapporteurs spéciaux de l'ONU sur la Somalie et sur l'Érythrée, Shamsul Bari et Sheila Keetharuth.

« Cet incident tragique révèle l'exaspération des personnes Somaliens, touchés par l'insécurité et l'absence de droits économiques, sociaux et culturels de base », a plaidé M. Bari. « J'exhorte les autorités somaliennes à se pencher sur les causes profondes de la traite et du trafic d'êtres humains, en coopération avec la communauté internationale et l'ONU ».

De son côté, Mme Keetharuth a souligné que la situation préoccupante des droits de l'homme en Érythrée pousse un grand nombre de ses citoyens à fuir, en dépit de dangers considérables.

« Parmi ces réfugiés, on compte de nombreux mineurs non accompagnés, parfois des enfants de sept ou huit ans, preuve s'il en est de leur désespoir », a précisé Mme Keetharuth.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Le HCDH appelle l'Union européenne à prendre des mesures pour mettre fin aux tragédies maritimes en méditerranée

En savoir plus


Coup de projecteur


Aucun résultat
Aucun résultat