ONUSIDA: le Président du Soudan du Sud s'engage à renforcer la lutte contre le VIH

le Président du Soudan du Sud, Salva Kiir Mayardit (à droite), avec le Directeur exécutif adjoint d’ONUSIDA, Dr. Luiz Loures Photo: Bureau du Président du Soudan du Sud

2 octobre 2013 – Le Soudan du Sud s'engage à renforcer son programme de lutte contre le VIH à l'échelle nationale, a affirmé mardi le Président de ce pays, Salva Kiir Mayardit, lors d'une réunion avec un Haut responsable du Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA).

« Nous avons gagné la bataille pour l'indépendance du Soudan du Sud. Nous allons également gagner la guerre contre le VIH. J'en ai fait ma priorité. Je veux protéger mon peuple à tout prix », a déclaré le Président lors de sa rencontre à Djouba, la capitale sud-soudanaise, aux côtés du Directeur exécutif adjoint d'ONUSIDA, Dr. Luiz Loures.

Le Soudan du Sud a obtenu son indépendance en juillet 2011, après avoir fait sécession du Soudan du Sud, et au terme d'une guerre civile de 30 ans qui a coûté la vie à plus de 2,5 millions de personnes. Le pays se trouve actuellement dans une période de transition difficile et tente, notamment avec l'aide de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS), de consolider la paix, tout en s'engageant sur la voie du développement.

Au cours des deux dernières années, le Soudan du Sud, en collaboration avec ses partenaires pour le développement, a travaillé de manière soutenue pour mettre en place des institutions et des infrastructures multisectorielles capables de fournir des services publics de base, notamment en matière d'éducation et de soins de santé.

« Ces efforts témoignent de la résilience du peuple sud-soudanais et sont un signe clair de sa volonté de bâtir un État indépendant et viable », s'est félicité M. Loures, saluant l'engagement du gouvernement à créer une nation saine et productive. « Ses efforts doivent s'intensifier concernant la réponse nationale au VIH », a-t-il cependant ajouté.

En 2012, près de 150.000 personnes étaient infectées par le VIH au Soudan du Sud. Seulement 9 % des malades étaient admissibles, d'après des directives établies en 2010 par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), à un traitement antirétroviral y ont eu effectivement accès. Quant aux femmes enceintes, seules 13 % d'entre elles ont eu accès à des services de prévention de la transmission du virus à leur enfant. Ainsi, les décès liés au virus du sida au Soudan du Sud ont presque doublé depuis 2001, passant de 6.900 à 13.000 en 2012.

La population du Soudan du Sud est majoritairement composée de jeunes. Selon la Banque mondiale, 51 % des habitants du pays sont âgés de moins de 18 ans et 72% de moins de 30 ans. Face à de telles statistiques, Salva Kiir Mayardit a reconnu la nécessité d'adapter les programmes de lutte contre le VIH aux besoins des jeunes : «S'ils restent vulnérables, il n'y aura plus de pays. »

« Les forces armées doivent être pleinement investies dans la riposte du Soudan du Sud contre le VIH », a exhorté M. Loures, rappelant que l'armée sud-soudanaise a été à la pointe de la lutte nationale contre le virus, notamment suite à l'établissement en son sein d'un secrétariat VIH en 2006.

S'adressant aux troupes de la mission de maintien de la paix des Nations Unies déployée au Soudan du Sud, M. Loures a également souligné en conclusion la responsabilité des Casques bleus dans la prévention de la violence contre les femmes et l'exploitation sexuelle dans leurs zones opérationnelles, « deux facteurs clés d'exacerbation de la propagation du VIH en situation de conflit et de post-conflit, comme le souligne le Conseil de sécurité de l'ONU dans sa Résolution 1983 ».

Á l'occasion de sa visite au Soudan du Sud, le Directeur exécutif adjoint d'ONUSIDA a rencontré des ministres, des Représentants du Secrétaire général des Nations Unies et les partenaires pour le développement afin de dresser un bilan de la lutte contre le VIH dans la plus jeune nation du monde.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Afrique subsaharienne : l'ONU salue les avancées dans la lutte contre les infections par le VIH/Sida chez les enfants

Aucun résultat
Aucun résultat