Manifestations meurtrières au Soudan : le HCDH exhorte Khartoum à la retenue

La porte-parole du Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, Cécile Pouilly. Photo: HCR

27 septembre 2013 – Après la mort de dizaines de personnes lors de manifestations populaires au Soudan contre la décision de Khartoum de suspendre les subventions de carburants, le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) a appelé vendrediles autorités du pays à faire preuve de retenue.

« Nous sommes profondément préoccupés par les informations selon lesquelles un nombre significatif de personnes ont été tuées au cours des manifestations qui ont lieu, en ce moment même, dans plusieurs villes du Soudan depuis lundi », s'est inquiétée la porte-parole du HCDH, Cécile Pouilly, lors d'une conférence de presse à Genève.

D'après les médias, une trentaine de personnes auraient été tuées au cours des manifestations qui ont éclaté dans la région du Gezira, située au centre du pays, avant de se propager à l'ensemble du territoire, y compris dans la capitale du pays, Khartoum.

De violents affrontements ont eu lieu entre les manifestants et les forces de police dans la capitale, a déclaré la porte-parole, précisant qu'ils auraient causé « un nombre indéterminé de victimes ».

« Les forces de sécurité auraient fait un usage excessif de la force pour réprimer les manifestations. En particulier, des agents de sécurité auraient tiré à balle réelle sur des manifestants et en auraient battu d'autres », a poursuivi Cécile Pouilly. «Les témoins de ces scènes de violence parlent de corps de manifestants morts avec des blessures par balles au torse et à la tête », a-t-elle ajouté, mentionnant également l'existence d'informations faisant état de destructions de bien par des manifestants.

Le Haut Commissariat a rappelé aux autorités soudanaises que, selon les principes du droit international, « l'usage intentionnel et meurtrier d'armes à feu ne se justifie qu'en cas d'ultime recours et uniquement dans le but de protéger la vie ».

« Nous appelons donc les responsables de l'application de la loi au Soudan à faire preuve de la plus grande retenue à l'égard des manifestants et à s'assurer qu'ils satisfont à leurs obligations internationales en matière de droits de l'homme et aux normes internationales en matière de police », a exhorté Mme Pouilly.

« Nous enjoignons à toutes les parties de s'abstenir de recourir à la violence contre les manifestants et de garantir le caractère pacifique de leurs manifestations », a ajouté en conclusion la porte-parole. « Nous exhortons également les autorités à respecter les libertés civiles de ceux qui protestent et, en particulier, leur droit de se réunir pacifiquement et d'exprimer leurs points de vue. »


News Tracker: autres dépêches sur la question

L'ONU demande une enquête indépendante sur la violence qui a tué huit personnes au Darfour

En savoir plus





Coup de projecteur