Redoublons d'efforts pour éradiquer les armes nucléaires, plaide Ban lors d'une réunion historique

Un essai nucléaire conduit par les États Unies dans les Îles Marshall, le 1er novembre 1952. Photo: Gouvernement des États Unis

26 septembre 2013 – Il est temps que les États membres de l'ONU prennent des mesures concrètes pour éradiquer les armements nucléaires dans le monde, a exhorté jeudi le Secrétaire général, Ban Ki-moon, lors de la première réunion de Haut-niveau de l'Assemblée générale des Nations Unies sur le désarmement nucléaire.

« Le désarmement nucléaire ne doit pas rester un rêve », a déclaré le Secrétaire général à l'occasion de cette réunion historique, qui s'est tenue au siège de l'ONU à New York, en marge de la troisième journée du débat général de l'Assemblée.

« Les efforts de dénucléarisation permettront de libérer des ressources énormes pour le développement économique et social, pour la promotion de la démocratie et de la bonne gouvernance, ainsi que pour la protection de l'environnement. Cela nous assurera aussi que de telles armes ne tombent entre les mains de groupes terroristes ou de groupes armés non-étatiques », a souligné M. Ban.

Le Secrétaire a lancé un appel particulier aux États détenteurs d'armes nucléaires afin qu'ils s'engagent davantage sur la voie de la coopération internationale et du désarmement.

« Aujourd'hui, j'appelle la République populaire démocratique de Corée (RPDC) à faire preuve de respect envers l'engagement qu'elle a pris d'aller vers une dénucléarisation vérifiable ; et l'Iran à renforcer la transparence de son programme nucléaire », a indiqué M. Ban.

Le Secrétaire général a en outre demandé aux pays qui ne l'ont pas encore fait d'adhérer au Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) et au Traité d'interdiction complète des essais nucléaires (TICE).

Le TNP, entré en vigueur depuis 1970, a pour objectif d'empêcher la prolifération des armes nucléaires et de la technologie utilisée pour ces armements, ainsi que de promouvoir la coopération internationale dans le domaine de l'utilisation pacifique de l'énergie atomique. Le TICE interdit, quant à lui, touts les essais nucléaires, à des fins civiles ou militaires. Il a été adopté par l'Assemblée générale en septembre 1996, mais n'est toujours pas entré en vigueur.

De son côté, le Président de la 68ème session de l'Assemblée générale, John Ashe, a rappelé aux États le lien entre les objectifs du développement pour la période post-2015 et le désarmement nucléaire, en soulignant qu'une diminution des ressources consacrées aux armements nucléaires permettrait la réaffectation ces ressources en faveur du développement.

« N'est-il pas ironique, alors que nous améliorons la vie des gens dans le monde, que nous consacrions encore autant de moyens aux armes de destruction massive ? », a-t-il demandé.

M. Ashe s'est félicité que les États membres se soient réunis pour la première fois dans le cadre d'une réunion sur le désarmement, 67 ans après l'adoption de la première résolution de l'Assemblée générale, le 10 janvier 1946 à Londres, appelant à l'élimination des armes nucléaires et de toutes les armes de destruction massive.

« Alors que le Traité d'interdiction complète des essais nucléaires (TICE) n'est toujours pas entré en vigueur, je suis persuadé que cette réunion historique aura des répercutions positives sur l'avenir », a affirmé en conclusion M. Ashe.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Le Secrétaire général et le Président de l'Assemblée plaident pour l'interdiction complète des essais nucléaires

En savoir plus