Le Président ivoirien appelle au renforcement du soutien en faveur de la paix en Afrique de l'Ouest

25 septembre 2013 – La Côte d'Ivoire a retrouvé la voie du développement économique et social grâce à l'appui de l'Organisation des Nations Unies et de la communauté internationale, a déclaré le Président ivoirien, Alassane Ouattara, tout en appelant à un renforcement de leur soutien.

« Mon pays est en pleine reconstruction, après s'être doté d'Institutions crédibles et démocratiques au terme d'élections libres et transparentes. La réconciliation nationale et le dialogue politique se poursuivent dans un climat apaisé. Nous sommes conscients des défis qui restent à relever mais nous sommes sur la bonne voie », s'est félicité le Président ivoirien dans son allocution au débat général de l'Assemblée.

« La gouvernance internationale doit se démocratiser et incarner davantage le consensus universel et les valeurs de nos nations », a poursuivi M. Ouattara, tout en précisant qu'une adhésion mondiale aux institutions multilatérales afin de lutter efficacement contre les menaces actuelles et à venir est nécessaire.

Les nations d'Afrique de l'Ouest sont particulièrement conscientes de la menace que fait peser la dégradation de l'environnement sécuritaire et la prolifération de nouveaux facteurs d'instabilité sur leur développement, a déclaré le Président ivoirien, ajoutant que les chefs d'États de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) travaillent main dans la main, avec l'appui de la communauté internationale, dans le but de rétablir et consolider la paix dans la région.

« C'est pourquoi nous avons accueilli avec une grande satisfaction le rétablissement de l'intégrité territoriale du Mali et la bonne tenue de l'élection présidentielle dans ce pays frère. Ces succès ne doivent toutefois pas masquer les défis importants auxquels notre région reste confrontée », a mis en garde M. Ouattara, en invitant la communauté internationale à tirer les leçons du conflit au Mali et à « soutenir la CEDEAO et l'Union Africaine dans la mise en œuvre d'une politique de sécurité cohérente et proactive ».

« Le terrorisme dans la région du Sahel sévit à l'intérieur d'un espace où des zones entières échappent à l'autorité des États », s'est ensuite inquiété le Président ivoirien, insistant sur le fait que la menace dépasse les frontières du continent africain et appellant à une réponse internationale concertée à la hauteur des enjeux.

« Les bailleurs de fonds doivent apporter leur soutien aux Nations Unies et aux États de la région pour aider à renforcer la sécurité et la stabilité », a exhorté le Président ivoirien.

« Si nous voulons clore le cycle des crises politico-militaires en Afrique de l'Ouest, la Guinée-Bissau devrait elle aussi bénéficier de la solidarité internationale », a déclaré M. Outtara, ajoutant qu'il s'agit là d'un passage obligé pour « consolider la transition inclusive actuelle et permettre au Gouvernement d'organiser des élections démocratiques en novembre prochain. « C'est pourquoi, au nom de la CEDEAO, j'invite la communauté internationale à contribuer au financement des élections générales dans ce pays ».

« Pour relever les défis de la paix et de la sécurité internationale, nous devons mettre en œuvre les engagements pris au cours des conférences et des réunions au Sommet des Nations Unies. Le droit au développement, tel qu'énoncé dans la Déclaration du Millénaire unanimement adoptée en Septembre 2000, doit devenir une réalité pour tous », a insisté en conclusion le Président de la République de Côte d'Ivoire.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Côte d'Ivoire : Ban et le Président Ouattara discutent des progrès réalisés depuis la crise postélectorale

Aucun résultat
Aucun résultat