L'ONU appelle à redoubler d'efforts contre les groupes rebelles en Somalie

Le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la Somalie, Nicolas Kay. Photo: AU/UN/IST/Tobin Jones

24 septembre 2013 – Le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en Somalie, Nicholas Kay, a exhorté mardi la communauté internationale à redoubler d'efforts contre les groupes rebelles sévissant dans ce pays, en particulier les milices Al-Shabaab, qui ont revendiqué la responsabilité de l'attaque terroriste perpétrée ce weekend au Kenya voisin.

Présentant ses sincères condoléances aux familles des victimes, M. Kay a fermement condamné l'attentat de Nairobi lors d'une conférence de presse à Genève.

D'après les médias, 62 personnes ont trouvé la mort dans cette attaque et plus de 170 autres ont été blessées au cours du siège du plus grand centre commercial du Kenya, le Westgate. Les insurgés islamistes d'Al-Shabaab auraient lancé l'attaque en représailles du déploiement de troupes kenyanes en Somalie, précisément pour y combattre les insurgés.

« La sécurité reste le principal défi en Somalie », a reconnu le Représentant spécial, tout en appelant la communauté internationale à « soutenir les forces nationales somaliennes dans la lutte contre les milices », ajoutant qu'elles ne représentent pas seulement une menace au plan national, mais aussi international.

« Aucune des avancées réalisées en Somalie, en termes de renforcement des capacités politiques et institutionnelles, n'aboutira si des solutions aux problèmes sécuritaires ne sont pas trouvées. La sécurité reste le défi numéro un du pays, et la victoire sur Al-Shabaab en est la clé », a insisté M. Kay.

« La campagne pour vaincre le groupe rebelle doit revêtir trois dimensions : militaire, politique et pratique », a précisé le Représentant spécial, tout en demandant à ce que d'avantage de ressources soient mises à disposition de la Mission de l'Union africaine en Somalie (AMISOM), qui a besoin d'hélicoptères, de véhicules armés et potentiellement d'effectifs supplémentaires.

Les investissements additionnels à consentir sont bien moindres que ceux réalisés par l'ONU dans d'autres pays, y compris l'Afghanistan, l'Irak et le Mali, a souligné M. Kay.

« Nombreux sont les défis encore en suspens, mais nous avons de bonnes raisons d'afficher un optimisme prudent », a déclaré le Représentant spécial, qui dirige la Mission d'assistance des Nations Unies en Somalie (UNSOM). « En dépit de cette tragédie et des intentions meurtrières déclarées des Al-Shabaab, il s'agit là de l'opportunité la plus sérieuse d'aider ce pays à renouer avec la paix que nous avons eu depuis une génération », a conclu M. Kay.

Déchiré par des combats entre factions armées depuis 1991, la Somalie a récemment fait de nombreux progrès sur la voie de la stabilité. En 2011, les insurgés d'Al-Shabaab se sont retirés de Mogadiscio et, l'an dernier, de nouvelles institutions gouvernementales ont vu le jour, alors que le pays achevait sa période de transition pour mettre en place un gouvernement démocratiquement élu et permanent.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Une mobilisation collective à l'appui de la Somalie essentielle, selon l'ONU

En savoir plus





Coup de projecteur