UNESCO-UIT: le haut-débit passe au sans-fil, mais les pays pauvres restent marginalisés

Photo: UIT

20 septembre 2013 – Dans rapport rendu public vendredi, la Commission sur le haut-débit pour le développement numérique révèle que les abonnements à une connexion haut-débit sur téléphones portables sont devenus largement majoritaires par rapport aux abonnements à une connexion haut-débit fixe, tout en déplorant que les pays pauvres restent en marge de cette évolution.

Rendu public vendredi à l'occasion de la 8ème réunion de la Commission à New York, le rapport révèle que « l'accès mobile à Internet est la technologie connaissant la croissance la plus rapide de l'histoire humaine », précisant que les abonnements à une connexion haut-débit sur téléphones portables, permettant aux utilisateurs d'avoir accès à Internet sur leurs téléphones, tablettes et ordinateurs portables, connaissent un taux de croissance de 30% par an. « D'ici la fin 2013, on comptera trois fois plus de connexions haut-débit pour téléphonie portable que d'abonnements à une connexion fixe », précise le rapport, qui fournit un instantané unique en ventilant des données pays par pays permettant de mesurer l'accès au haut-débit.

« La République de Corée reste en tête avec un taux de pénétration du haut-débit par ménage de 97%, soit le plus élevé au monde. La Suisse, quant à elle, détient le record mondial par habitant pour les abonnements au haut-débit fixe avec un taux de 40%. À titre de comparaison, les États-Unis se placent au 24ème rang en termes de pénétration du haut-débit dans les ménages et au 20ème rang pour les abonnements au haut-débit fixe par habitant, juste derrière la Finlande et devant le Japon », indique le rapport.

En termes d'utilisation de l'Internet, on compte désormais plus de 70 pays dans lesquels plus de 50% de la population est connectée. Les dix pays en tête pour l'utilisation d'Internet sont tous situés en Europe, à l'exception de la Nouvelle-Zélande, classée 8ème, et du Qatar, en 10ème position.

« Le développement mondial du haut-débit peut permettre d'accroître les possibilités d'apprentissage, faciliter l'échange d'informations et ouvrir l'accès à des contenus différents sur les plans linguistique et culturel », a déclaré la Directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova, qui partage la vice-présidence de la Commission avec le Secrétaire général de l'UIT, le Dr. Hamadoun I. Touré. « Il peut élargir l'accès à l'apprentissage, améliorer sa qualité et autonomiser les hommes et les femmes, et les filles et les garçons, en créant de nouvelles compétences et de nouvelles opportunités, a-t-elle poursuivi, tout en précisant que « cela ne se produira pas tout seul, il faut donner un cap, planifier et agir ».

« La nouvelle analyse contenue dans le rapport de cette année montre les progrès réalisés en matière d'accès au haut-débit mais nous ne devons pas perdre de vue ceux qui sont laissés de côté », a déclaré le Secrétaire général de l'UIT. « Alors que le nombre de connections ne cesse d'augmenter, plus de 90% des personnes vivant dans les 49 pays les moins développés ne disposent d'aucune connexion. L'Internet, et notamment l'Internet haut-débit, est devenu un outil clé du développement social et économique. Il doit être hissé au rang de priorité, y compris dans les pays les plus pauvres. La technologie, associée à des contenus et des services adaptés, peut aider à combler les lacunes de développement dans des domaines comme la santé, l'éducation, l'environnement et l'autonomisation des femmes », a-t-il poursuivi.

Le rapport sur l'État du haut-débit identifie également un nouvel objectif relatif à « l'égalité des sexes dans l'accès au haut-débit d'ici 2020 », établi par la Commission lors de sa réunion en mars dernier à Mexico. Les chiffres de l'UIT confirment qu'à l'échelle mondiale, les femmes sont moins susceptibles d'avoir accès à la technologie. Si les disparités sont relativement faibles dans les pays développés, l'écart se creuse considérablement lorsque les niveaux de revenu moyen baissent.

Le rapport sur l'état du haut-débit 2013, dont c'est la deuxième édition, est rendu public chaque année en septembre à New York. Il s'agit du seul rapport présentant des données pays par pays sur l'accès de plus de 160 États dans le monde.


News Tracker: autres dépêches sur la question

L'UNESCO et l'UIT appellent à combler le fossé de l'accès à l'Internet, vecteur d'éducation

En savoir plus





Coup de projecteur