Le programme de développement post-2015, principal enjeu de la 68ème session de l'Assemblée générale

Poignée de mains entre le Secrétaire général Ban Ki-moon (à droite) et le Président de la 68ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, Jon Ashe. Photo: ONU/Eskinder Debebe

17 septembre 2013 – À l'ouverture de la 68ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, son Président, John Ashe, a présenté mardi les priorités de son mandat, qui sera dominé par l'élaboration du programme de développement de l'après-2015.

« Ensemble, nous pouvons faire de cette année un tournant décisif dans l'histoire de l'Organisation, en formulant l'agenda novateur et déterminant d'un développement qui à la fois protège notre planète et garantisse équité, justice et prospérité au monde entier ».

Il reste en effet 835 jours avant la date-butoir de 2015 pour réaliser les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), que la communauté internationale s'était fixés lors du Sommet de 2000 pour en finir avec la pauvreté. Si des progrès indiscutables ont été accomplis au cours des 13 dernières années, beaucoup reste à faire et des négociations intergouvernementales sont en cours pour déterminer les priorités du programme appelé à prendre le relais des OMD.

Afin de « préparer le terrain », thème officiel de cette session, M. Ashe a annoncé la tenue par l'Assemblée de trois manifestations de haut niveau en guise de contributions au prochain programme de développement. La première sera consacrée aux rôles que peuvent jouer femmes, jeunes et société civile; la seconde, aux relations entre droits de l'homme et état de droit ; la dernière, aux coopérations Sud-Sud et triangulaire et aux technologies de l'information et de la communication.

Pas moins de trois débats thématiques sont également prévus pour alimenter la réflexion en faveur de ce programme, a poursuivi le Président. Ils porteront respectivement sur le rôle des partenariats dans le programme de développement post-2015, sur la manière de créer des sociétés stables et pacifiques dans le cadre de ce programme et sur la place de l'eau, de l'assainissement et des énergies durables.

Présent également lors de cette séance inaugurale, le Secrétaire général Ban Ki-moon a lui aussi mis l'accent sur les efforts à déployer pour réaliser à temps les OMD et se doter d'un programme qui donne à la communauté internationale les moyens de relever défis actuels et à venir.

« Le sentiment d'attente est clair. Nous sommes à la veille d'un travail très important », a plaidé M. Ban, comme il l'avait fait ce matin en conférence de presse.

Les États membres, a estimé le chef de l'ONU, devront se pencher non seulement sur la crise syrienne, mais aussi sur la situation en République démocratique du Congo (RDC) et dans la région des Grands Lacs, ainsi que sur le processus de paix au Moyen-Orient. Soutenir la transition au Yémen et au Myanmar et stabiliser le Mali figureront également en bonne place dans les discussions, a assuré le chef de l'ONU. L'Assemblée a par ailleurs prévu des manifestations de haut niveau sur les thèmes des personnes handicapées et des migrations.

« Je me réjouis de la détermination inébranlable de l'Ambassadeur Ashe en faveur de ce travail. C'est précisément ce dont nous avons besoin en ce moment crucial », a ajouté M. Ban. « Nous devons tous œuvrer ensemble au succès de cet ordre du jour. »

A l'issue de cette séance inaugurale, le Secrétaire général a présenté aux Etats membres les conclusions du rapport de l'équipe d'experts de l'ONU sur l'utilisation confirmée d'armes chimiques en Syrie le 21 août dernier, comme il l'avait fait hier aux membres du Conseil de sécurité.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Un rapport de l'ONU donne aux citoyens du monde entier voix au chapitre sur les questions de développement

En savoir plus





Coup de projecteur