RPDC : des « atrocités innommables » dénoncées par une commission d'enquête mandatée par l'ONU

Le Président de la Commission des Nations Unies chargée d’enquêter sur les violations des droits de l’homme en Corée du Nord, Robert Kirby. Photo: ONU/Jean-Marc Ferré

17 septembre 2013 – Selon le chef de la commission d'enquête des Nations Unies sur les violations des droits de l'homme en République populaire démocratique de Corée (RPDC), les témoignages recueillis jusqu'à présent par son équipe révèlent des « atrocités » commises dans ce pays, où enlèvements et actes de torture sont monnaie courante.

« Ce que nous avons vu et entendu à ce jour – grâce à des témoignages précis et souvent choquants – exige de la part de la communauté internationale des mesures de suivi et de la RPDC qu'elle assume ses responsabilités », a affirmé Michael Kirby, Président de la Commission des Nations Unies chargée d'enquêter sur les violations des droits de l'homme en Corée du Nord.

S'adressant au Conseil des droits de l'homme à Genève, M. Kirby a déclaré que les récentes audiences publiques que la Commission a tenues en République de Corée et au Japon révélaient des violations systématiques et flagrantes des droits de l'homme en RPDC. La mission n'a jamais été autorisée à se rendre en Corée du Nord.

Parmi les violations les plus notables, figurent des enlèvements, des actes torture et une politique de détentions arbitraires dans des camps de prisonniers où règne la famine et sont perpétrées des « atrocités innommables ».

« Nous avons écouté des gens ordinaires victimes d'actes de torture et emprisonnés au motif qu'ils regardaient des feuilletons télévisés étrangers ou en raison de leur convictions religieuses », a déclaré le Président de la Commission, dont les travaux ont débuté en mars dernier.

« Des femmes et des hommes qui ont quitté la RPDC avant d'être rapatriés de force nous ont parlé des tortures, des violences sexuelles, des traitements inhumains et des détentions arbitraires qu'ils ont subis. Les familles de personnes enlevées en République de Corée et au Japon nous ont décrit l'angoisse dans laquelle ils vivent depuis la disparition forcée de leurs proches, kidnappés par des agents nord-coréens. »

La Commission a annoncé qu'elle étudierait dans quelle mesure ces violations pourraient constituer des crimes contre l'humanité.

« Nous allons faire porter notre enquête sur la question de la reddition de comptes, y compris pour d'éventuels crimes contre l'humanité », a précisé M. Kirby. « Nous allons nous efforcer de déterminer quelles institutions de l'État et fonctionnaires sont coupables de violations flagrantes des droits de l'homme. »

L'agence de presse officielle de la RPDC a catégoriquement rejeté les témoignages des personnes interrogées par la Commission, dénonçant des propos « diffamatoires » tenus par de la « vermine ». La Commission a invité en retour la RPDC à fournir des preuves de la fausseté de ces témoignages.

La Commission fera également rapport en octobre devant la Commission des affaires culturelles, sociales et humanitaires de l'Assemblée générale.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Corée du Nord : la Commission d'enquête de l'ONU entend des témoignages sur les violations des droits de l'homme

En savoir plus