Ban salue les progrès accomplis dans la protection de la couche d'ozone

16 septembre 2013 – A l'occasion de la Journée internationale de la protection de la couche d'ozone, observée le 16 septembre, le Secrétaire général Ban Ki-moon a rappelé lundi qu'il y a de cela une génération, les nations du monde avaient décidé d'adopter des mesures définitives pour protéger la couche d'ozone, mettant en branle un processus intergouvernemental qui a ouvert de nouvelles voies.

« Au moment où nous appliquons les textes issus de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable, le succès remarquable du Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d'ozone constitue une lueur d'espoir », affirme M. Ban dans le message qu'il a adressé pour marquer la Journée.

« Ce protocole assure la protection de la couche d'ozone, contribue notablement à l'atténuation des effets des changements climatiques et nous rappelle que, face aux menaces existentielles, les nations du monde sont capables de coopérer pour le bien commun », ajoute-t-il.

L'abandon progressif des utilisations réglementées de substances qui appauvrissent la couche d'ozone et les diminutions connexes de ces substances ont non seulement aidé à protéger la couche d'ozone pour les générations actuelles et futures, mais ont également contribué de manière non négligeable aux efforts déployés par la communauté internationale pour faire face aux changements climatiques. De plus, l'élimination de ces substances a protégé la santé humaine et les écosystèmes en limitant le rayonnement ultraviolet nocif qui atteint la Terre.

« J'espère que ce succès sera une source d'information et d'inspiration pour la communauté internationale afin qu'elle définisse une nouvelle vision et un cadre stratégique pour l'après-2015, échéance prévue pour la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement », a souligné le Secrétaire général.

Le développement durable, rendu possible par la croissance économique, la justice sociale et la bonne gestion de l'environnement, doit selon M. Ban devenir un principe directeur et un modus operandi à l'échelle mondiale.

« J'exhorte les gouvernements, les entreprises, la société civile et tous les autres partenaires à suivre cet exemple pour s'attaquer aux autres grands défis de notre époque en matière d'environnement et de développement », ajoute-t-il en conclusion de son message.

En savoir plus