Ban se félicite de l'engagement pris par la Syrie à respecter la Convention sur les armes chimiques

Ban Ki-moon et le Président syrien Bachar Al-Assad en 2010. Photo: ONU (archive)

13 septembre 2013 – Le Secrétaire général a été informé hier dans la soirée que la Syrie adhèrera au traité international interdisant les armes chimiques.

Une déclaration rendue publique en fin de journée par le porte-parole de Ban Ki-moon confirme en effet que le chef de l'ONU a reçu une lettre du gouvernement de la Syrie, l'informant que « le Président Bachar Al-Assad a signé un décret législatif relatif à l'accession de son pays à la Convention de 1992 sur l'interdiction de la mise au point, de la fabrication, du stockage et de l'emploi des armes chimiques et sur leur destruction ».

« Dans leur lettre, les autorités syriennes font part de leur engagement à honorer les obligations qui découlent de la Convention avant même son entrée en vigueur en Syrie. »

Le Secrétaire général, indique son porte-parole, s'est félicité de cette annonce et rappelle « qu'en tant que dépositaire de la Convention, il réclame depuis longtemps une adhésion universelle à la Convention sur les armes chimiques ».

« Compte tenu de cette dernière évolution, il espère que les discussions en cours à Genève déboucheront rapidement sur un accord pour aller de l'avant, un accord qui serait approuvé et appuyé par la communauté internationale. »

La déclaration fait suite à une rencontre hier à Genève entre le Secrétaire d'Etat américain, John Kerry, et le Ministre des affaires étrangères russe, Sergey Lavrov, qui se sont entretenus de la proposition russe de placer l'arsenal chimique syrien sous contrôle international. Egalement présent à Genève, Lakdhar Brahimi, le Représentant spécial conjoint des Nations Unies et de la Ligue arabe, a lui aussi eu une entrevue avec John Kerry.

Parallèlement, des échantillons prélevés par une équipe des Nations Unies au sujet de l'utilisation possible d'armes chimiques le 21 août sont actuellement analysés par des laboratoires européens. M. Ban a indiqué à plusieurs reprises que les scientifiques travaillaient « sans relâche » pour rendre leurs conclusions.

Les résultats seront communiqués au Secrétaire général, qui en informera ensuite les 15 membres du Conseil de sécurité et l'ensemble des 193 Etats Membres.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Armes chimiques en Syrie: Ban salue les «discussions internationales sérieuses» en cours

En savoir plus





Coup de projecteur