Le G20 conclut un accord visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre, se félicite le PNUE

Impact des changements climatiques sur les glaciers et les icebergs. Photo ONU/Mark Garten

10 septembre 2013 – Le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) a salué jeudi l'accord conclu récemment par les dirigeants mondiaux lors du récent Sommet du G20 pour réduire les émissions de gaz à effet de serre puissants connus sous le nom d'hydrofluorocarbures (HFC), une contribution essentielle à la lutte contre les changements climatiques, selon cet organisme.

Lors du Sommet, qui s'est tenu la semaine dernière à Saint-Pétersbourg, en Fédération de Russie, l'Union européenne et 35 autres pays sont convenus de réduire progressivement l'utilisation des HFC, ainsi que les émissions de dioxyde de carbone dans le cadre de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC).

« Les dirigeants du groupe G20 ont adressé un nouveau signal positif vers l'objectif de conclure un accord sur le climat d'ici à 2015 et celui, en dernière instance, de diminuer considérablement les émissions de gaz à effet de serre, conformément à l'impératif scientifique », se félicite le Directeur exécutif du PNUE, Achim Steiner.

Les HFC sont largement utilisés dans les réfrigérateurs, les climatiseurs et les applications industrielles visant à remplacer les substances appauvrissant la couche d'ozone, qui sont progressivement supprimées en vertu du Protocole de Montréal de l'ONU relatif à des substances qui appauvrissent la couche d'ozone.

Les HFC représentent moins de 1% du total des émissions actuelles de gaz à effet de serre, mais leur impact sur le réchauffement est nettement plus fort que le dioxyde de carbone. Si rien n'est fait, ils pourraient représenter jusqu'à près de 20% des émissions de dioxyde de carbone d'ici à 2050.

« Un sentiment d'urgence et une volonté d'agir à plusieurs niveaux sont à l'ordre du jour », a déclaré M. Steiner. Alors que de nombreux pays peuvent se féliciter d'une action positive en matière d'émissions et de leur transition en cours vers une économie verte, il n'en reste pas moins que la pollution de l'atmosphère ne cesse d'augmenter.

Dans leur déclaration, les gouvernements du G20 réaffirment leur engagement à lutter contre les changements climatiques et leur soutien à des approches multilatérales, y compris au travers de l'expertise et des institutions du Protocole de Montréal, pour réduire progressivement la production et la consommation de HFC. Le Protocole est un traité du PNUE adopté pour éliminer progressivement la production de nombreuses substances jugées responsables de l'appauvrissement de la couche d'ozone.

Dans un second accord également conclu au Sommet du G20, le Président des Etats-Unis, Barack Obama, et son homologue chinois, Xi Jinping, ont convenu d'établir un groupe de contact sur les HFC dans le cadre du Protocole de Montréal afin d'examiner les questions relatives au coût, aux technologies, à la sécurité et aux avantages environnementaux.

Cette décision fait suite à l'annonce en juin par les deux pays de coopérer plus étroitement pour réduire progressivement la production et la consommation de HFC.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Le PNUE et les pays d'Asie se consultent pour trouver des moyens d'améliorer la qualité de l'air

En savoir plus




Coup de projecteur