Lors d'un forum de haut niveau, des responsables de l'ONU soulignent la primauté de l'individu dans une «culture de paix»

6 septembre 2013 – Les personnes occupant des positions de pouvoir et d'autorité ont la responsabilité morale et politique d'améliorer la compréhension entre les peuples et les cultures, ont jugé vendredi de hauts fonctionnaires des Nations Unies lors d'un forum de haut-niveau organisé par l'Assemblée générale à l'appui de la mise en œuvre du Programme d'action sur une culture de la paix.

Au nombre des participants, le Vice-Secrétaire général de l'ONU, Jan Eliasson, qui a affirmé que « nous sommes à un moment de l'histoire où nous avons besoin d'une culture de paix, pas d'une absence de guerre mais d'une culture entièrement dédiée à la paix ». Cet objectif, a-t-il rappelé, imprègne le travail des Nations Unies, à travers les principes de la Charte, les droits universels ou encore les efforts déployés dans le cadre de l'Alliance des civilisations.

Le numéro 2 de l'Organisation a insisté sur le risque que fait courir une attention trop grande portée aux grandes structures – cultures, religions et nations – plutôt qu'aux hommes, femmes et enfants qui les forment.

« Quand on ne voit pas une personne mais seulement « l'autre », nous empruntons la voie dangereuse de la polarisation, de la déshumanisation voire pire. »

Il a également insisté sur les efforts pour réaliser les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) et définir un ordre du jour pratique et audacieux pour la période post-2015, une phase cruciale de la tâche visant à faire en sorte que la culture de paix ait un vrai sens pour les personnes frappées par la pauvreté et l'exclusion.

Lui aussi présent à l'occasion de ce forum, le Président de l'Assemblée générale, Vuk Jeremić, a exhorté la communauté internationale à promouvoir la tolérance et coexistence dans la paix. M. Jeremić a fait référence à la Conférence des Nations Unies sur le développement durable, Rio+20, lors de laquelle les dirigeants du monde ont appelé à l'intégration des trois piliers de ce développement, à l'économique, le social et l'environnemental.

« Nous devons passer à cette transition universelle de la viabilité d'ici à 2015 », a-t-il souhaité, prédisant des transformations fondamentales dans la façon dont l'humanité conduira ses affaires.

Adopté par l'Assemblée générale en 1999, le Programme d'action sur une culture de la paix fait de l'éducation, en particulier des actions visant à promouvoir la paix au travers de l'éducation, une priorité.

En savoir plus




Coup de projecteur