Sommet du G20 : le Secrétaire général et l'Envoyé spécial Brahimi défendent une solution politique à la crise syrienne

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, au Sommet du G20, à Saint-Pétersbourg, en Fédération de Russie. Photo: ONU/Eskinder Debebe

5 septembre 2013 – Présent au Sommet du G20, qui se tient actuellement à Saint-Pétersbourg, le Secrétaire général Ban Ki-moon s'est joint jeudi à l'Envoyé spécial conjoint Lakhdar Brahimi pour défendre une solution politique dans l'espoir de mettre fin à l'effusion de sang en Syrie.

S'adressant à UNTV avant le début du Sommet, M. Ban a déclaré: « Les allégations d'utilisation d'armes chimiques et la détérioration de la situation humanitaire en Syrie exigent des dirigeants du monde une volonté politique pour résoudre cette situation. »

Le Représentant spécial conjoint de l'ONU et de la Ligue des États arabes pour le conflit en Syrie, Lakhdar Brahimi, est arrivé dans la ville russe plus tôt aujourd'hui, à la demande du Secrétaire général.

Le chef de l'ONU a déclaré avoir demandé à M. Brahimi de se joindre à lui pour réclamer la convocation rapide d'une conférence internationale sur la Syrie à Genève, à laquelle participeraient les responsables de Fédération de Russie, des États-Unis et de l'ONU.

M. Brahimi estime que la crise syrienne est devenue si urgente que M. Ban a pensé qu'elle devait être l'une des questions impérativement abordées en marge ou dans le cadre du Sommet lui-même.

« Je suis sûr qu'elle sera soulevée lors des prochaines réunions du Secrétaire général », a assuré M. Brahimi à UNTV, ajoutant que le Ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, pourrait convoquer une réunion spéciale sur la Syrie.

Parallèlement, le porte-parole du Secrétaire général, Martin Nesirky, a confirmé aujourd'hui à New York que les échantillons biomédicaux et environnementaux prélevés par l'équipe d'experts chargés de vérifier les allégations d'emploi d'armes chimiques en Syrie sont parvenus hier à quatre laboratoires européens.

M. Ban a appelé l'équipe à accélérer le processus, tout en se donnant les moyens de mener à bien et dans les délais qui lui seront nécessaires les analyses de ces échantillons. Selon lui la mission de l'ONU est « particulièrement bien placée pour établir les faits de manière objective et impartiale » et mener ses travaux dans le plus strict respect des normes internationalement pertinentes.

Avant l'ouverture du Sommet, M. Ban a rencontré le Président de la République de Corée, Park Geun-Hye, avec lequel il s'est entretenu non seulement de l'évolution de la situation en Syrie, mais aussi ce celle qui prévaut dans la péninsule coréenne et précisément de la proposition avancée par le chef de l'état coréen de faire de la zone démilitarisée un « parc mondial pour la paix ».

M. Ban a également remercié M. Park pour les six millions de dollars que son pays a versé à l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour aider les enfants de République populaire démocratique de Corée (RPDC).

Au cours d'une réunion avec le Président du Kazakhstan, Noursoultan Nazarbaïev, M. Ban s'est félicité de la coopération constructive de longue date de ce pays avec l'ONU et du rôle qu'il joue au niveau international pour promouvoir la non-prolifération nucléaire et la tolérance religieuse.

Les deux hommes ont également discuté de la situation en Syrie, ainsi que du rôle important joué par l'Organisation, mais aussi de l'Afghanistan, de la coopération régionale et la gestion et de la préservation de l'eau.

Aujourd'hui également, M. Ban a discuté de la situation des droits de l'homme en Fédération de Russie avec l'ombudsman russe, Vladimir Loukine, soulignant auprès de son interlocuteur qu'il appréciait l'évaluation faire des défis qui se posent au respect des droits humains dans ce pays.

MM. Ban et Loukine ont évoqué un certain nombre de recommandations émises par le Conseil des droits de l'homme dans le cadre de l'Examen périodique universel, notamment le rôle de la société civile et les droits des personnes handicapées et de la communauté lesbienne, gay, bisexuelle et transgenre (LGBT). Le Secrétaire général a encouragé le médiateur, en coopération avec les autorités russes, à mettre en œuvre toutes ces recommandations.

Le Secrétaire général participe également au Sommet du G20 pour attirer l'attention internationale sur les défis de long terme qui se posent au niveau mondial, notamment la réalisation des huit Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), le renforcement de la reprise économique mondiale et la réalisation d'un avenir durable.

« Remettre à plus tard ces défis ne fera que rendre encore plus difficile et coûteuse leur résolution », avait assuré M. Ban hier à l'Université d'Etat de Saint-Pétersbourg.

Les OMD seront à l'honneur d'une réunion de haut niveau de l'Assemblée générale qui se tiendra à la fin du mois de septembre au Siège de l'ONU à New York, et demain, au Sommet du G20, M. Ban devrait prononcer une allocution à ce sujet également.


News Tracker: autres dépêches sur la question

À Saint-Pétersbourg, Ban souligne la nécessité d'une coopération pour relever les défis mondiaux

Coup de projecteur