Le Secrétaire général et le Président de l'Assemblée plaident pour l'interdiction complète des essais nucléaires

Le Président de l'Assemblée générale des Nations Unies, Vuk Jeremic. Photo: ONU/JC McIlwaine (photo d'archive)

5 septembre 2013 – De hauts fonctionnaires des Nations Unies ont réitéré jeudi leur appel aux États membres pour qu'ils prennent des mesures afin d'interdire les essais nucléaires, en soulignant leurs effets horribles sur les vies humaines et l'environnement.

« Nous devrions tous garder en mémoire le terrible bilan des essais nucléaires », a déclaré le Secrétaire général Ban Ki-moon dans le message qu'il a adressé à l'Assemblée générale à l'occasion de la quatrième célébration de la Journée internationale contre les essais nucléaires. « Il est temps de s'attaquer aux conséquences humaines et environnementales terribles des essais nucléaires en proclamant une interdiction mondiale, le moyens le plus sûr de répondre à ces défis. »

Cette Journée met en évidence les efforts de l'ONU et des États Membres, ainsi que des organisations non gouvernementales, des milieux universitaires et des médias, pours sensibiliser à l'importance de l'interdiction des essais nucléaires.

L'Assemblée générale a choisi le 29 août comme date annuelle de commémoration car elle marque le jour, en 1991, où Semipalatinsk, un des plus grands sites d'essais nucléaires au monde, situé, au Kazakhstan, a été définitivement fermé.

« Un total de 456 essais nucléaires ont été effectués à Semipalatinsk depuis la première explosion il y a plus de 64 ans. Près d'un million et demi de personnes ont été touchées par ces essais nucléaires et un vaste territoire irradié », a rappelé M. Ban.

« Aujourd'hui, 183 pays ont signé le Traité d'interdiction complète des essais nucléaires (TICE) tandis que 159 l'ont ratifié. J'exhorte une fois de plus tous les États à signer et ratifier le TICE sans plus tarder. Huit États dont les ratifications sont nécessaires pour que le Traité entre en vigueur porte une responsabilité particulière : la Chine, la République populaire démocratique de Corée, l'Égypte, l'Inde, l'Iran, Israël, le Pakistan et les États-Unis. »

Le Président de l'Assemblée générale, Vuk Jeremić, s'est joint à l'appel de M. Ban aux États membres, les encourageant à participer à la première réunion de haut niveau de l'Assemblée générale sur le désarmement nucléaire, qui aura lieu plus tard ce mois-ci.

M. Jeremic a invoqué le souvenir des bombardements nucléaires d'Hiroshima et de Nagasaki en notant que « ce qui s'est passé là-bas constitue un rappel permanent de la dévastation horrible et sans précédent causée par le recours aux armes nucléaires. Tout test, effectué où que ce soit par qui que ce soit, accroît la probabilité que d'autres seront effectués un jour. »

« Certains ne voient aucun mal à stocker les bombes atomiques qui peuvent détruire des villes entières en un battement de cœur. Qu'ils aillent à Hiroshima, laissez-les devant le cénotaphe, ce sombre monument érigé en souvenir des victimes d'une calamité sans précédent infligée par la main de l'homme », a-t-il lancé.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Ban enjoint les huit pays restants qui ne l'ont pas encore fait à adhérer au Traité d'interdiction des essais nucléaires

En savoir plus





Coup de projecteur