L'ONUDC identifie les formes dominantes de la criminalité transnationale organisée en Afrique de l'Est

Un membre de l’équipage s’apprête à monter à bord d’un cargo restitué après son détournement par des pirates le 24 juillet 2011 au Bénin. Photo: IRIN/Daniel Hayduk

4 septembre 2013 – Migrations clandestines, trafic d'ivoire, piraterie maritime et trafic d'héroïne : telles sont les principales formes prises par la criminalité transnationale organisée en Afrique de l'Est, conclut l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) dans un rapport rendu public mercredi.

Plus de 100.000 personnes, affirme l'ONUDC, ont été exfiltrées clandestinement de la région rien que l'an dernier, générant plus de 15 millions de dollars de profits pour les passeurs qui opèrent sur les voies maritimes de la Corne de l'Afrique.

En écoulant jusqu'à 154 tonnes chaque année sur les marchés asiatiques, le braconnage de l'ivoire génère 30 millions de dollars de revenus illicites. Quant à l'héroïne, jusqu'à 22 tonnes transitent par la région chaque année et sa consommation locale représente 160 millions de dollars de chiffre d'affaires annuel. Avec des revenus estimés à 150 millions de dollars, la piraterie aux larges des côtes de la Somalie représente environ 15% du PIB de ce pays.

En 2013, aucun enlèvement contre rançon n'a réussi en Somalie, prouvant l'efficacité de la coopération internationale face à des formes de criminalité organisées vastes. Tandis qu'en 2009, 16 navires avaient été détournés rien qu'au mois d'avril par des pirates somaliens, deux ans plus tard, la moyenne se situe à un par mois. Une intervention efficace a également contraint les pirates à s'éloigner des côtes.

Intitulé La criminalité transnationale organisée en Afrique de l'Est : évaluation des menaces, le rapport met spécifiquement l'accent sur quatre situations : le trafic de migrants en provenance de l'Éthiopie et de la Somalie vers le Yémen et l'Arabie saoudite ; le trafic d'héroïne en provenance d'Asie du Sud-Ouest vers l'Afrique de l'Est ; le trafic d'ivoire d'Afrique de l'Est vers l'Asie, et la piraterie maritime en Somalie.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Le Conseil de sécurité salue la coopération régionale dans la lutte contre la piraterie dans le golfe de Guinée

Coup de projecteur