Mali : l'UNICEF intensifie ses efforts pour aider un demi-million d'enfants à retrouver le chemin de l'école

Une fille présente ses fournitures scolaires dans une école primaire administrée par l’UNICEF dans le village de Guivagou, au Mali. Photo: UNICEF/Giacomo Pirozzi

3 septembre 2013 – Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) intensifie ses efforts pour aider un demi-million de petits Maliens dont les vies ont été perturbées par les conflit, les inondations et la crise alimentaire à retrouver le chemin de l'école, a annoncé mardi une porte-parole de cette organisation.

« Alors que les écoles du nord du pays ont rouvert progressivement en début d'année, dans les salles de classes de Gao et Tombouctou, de nombreux élèves n'ont pas d'autre choix que de s'asseoir à même le sol en l'absence de chaises », a indiqué Marixie Mercado lors d'un point de presse à Genève. À Kidal, les écoles restent fermées, a-t-elle précisé. Et dans le sud, les classes déjà surchargées le sont déjà d'autant plus après l'arrivée de 75.000 écoliers déplacés.

Près de 200 écoles ont été fermées, détruites, pillées et par endroits infestées de munitions non explosée, à la suite de la conquête du nord du Mali par des groupes rebelles armés.

L'UNICEF et ses partenaires ont déjà livré du matériel d'apprentissage destiné à plus de 90.000 étudiants. Au cours de la prochaine année scolaire, 9.000 enseignants recevront une formation et des espaces temporaires ont été mis à disposition, tandis que les écoles existantes sont rénovées ou remises en état. Près de 15.000 nouveaux bureaux sont sur le point d'être acheminés dans les établissements scolaires.

Le financement reste une contrainte, avec seulement 27% des 12 millions de dollars demandés pour l'éducation d'urgence reçus à ce jour cette année.

Par ailleurs, selon Jumbe Omari Jumbe, de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), les pluies torrentielles qui se sont abattues à Bamako ont fait 34 morts et touché près de 1.539 familles dans deux des six communes de la capitale.

Le gouvernement du Mali a demandé une assistance immédiate auprès de l'OIM pour enregistrer les familles déplacées et identifier leurs besoins immédiats, ainsi que le nombre de maisons endommagées ou détruites.

Selon les résultats préliminaires de l'évaluation, 55% des familles concernées vivaient encore chez elles, 10% ont déménagé dans des familles d'accueil et 35% ont déménagé dans des centres d'accueil provisoires.

Le gouvernement, l'OIM et d'autres partenaires humanitaires ont commencé à distribuer des articles de secours essentiels non alimentaires (NFI).


News Tracker: autres dépêches sur la question

Ban réaffirme l'engagement de l'ONU à soutenir le Mali lors d'un entretien avec le Président élu de ce pays

En savoir plus





Coup de projecteur