Deux millions de réfugiés, quatre millions de déplacés: la Syrie, «grande tragédie de ce siècle», selon le HCR

Des milliers de Syriens franchissent la frontière avec l’Iraq par un pont sur le Tigre. Photo: UNHCR/G. Gubaeva

3 septembre 2013 – Le nombre de réfugiés syriens depuis le début de la guerre civile en mars 2011 a franchi le seuil des deux millions, a annoncé mardi le Haut Commissariat des Nations Unies aux réfugiés (HCR), qui prévient que ce tragique afflux ne semble pas près de s'arrêter.

« La Syrie est déjà entrée dans sa troisième année de guerre et est en proie à une hémorragie de populations : femmes, enfants et hommes traversent les frontières avec pratiquement pour seul bagage les vêtements qu'ils portent sur eux », déclare le HCR dans un communiqué de presse destiné à marquer ce triste record.

« Cette tendance tout à fait alarmante représente une hausse spectaculaire de près de 1,8 million de personnes en 12 mois ». Il y a un an, le nombre des Syriens enregistrés comme réfugiés – ou en attente de l'être – s'élevait à 230.670 personnes.

« La Syrie est devenue la grande tragédie de ce siècle – une calamité humanitaire faite de souffrances et de déplacements de populations sans précédent dans l'histoire récente », affirme António Guterres, le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés. « La seule consolation, c'est l'humanité et la fraternité dont font preuve les pays voisins en accueillant tant de réfugiés et en leur sauvant la vie. »

Plus de 97% des réfugiés syriens sont en effet hébergés par ces pays – Jordanie, Liban, Turquie, Iraq et Égypte –, faisant pesant sur leurs infrastructures, leurs économies et leurs sociétés un poids considérable et rendant d'autant plus nécessaire un appui massif de la communauté internationale pour les aider à gérer la crise.

L'émissaire du HCR, l'actrice américaine Angelina Jolie, a fait part de sa profonde consternation devant le sort d'un si grand nombre de Syriens contraints de fuir leur pays.

« Le monde prend des risques en se montrant dangereusement complaisant vis-à-vis de la catastrophe humanitaire syrienne. La vague de souffrances humaines déclenchées par le conflit a des conséquences catastrophiques. Si la situation continue à se détériorer à ce rythme, le nombre de réfugiés augmentera et certains des pays voisins pourraient parvenir à un point de non-retour », a-t-elle prévenu.

« Le monde est tragiquement désuni sur la façon de faire cesser le conflit syrien », a poursuivi Angelina Jolie. « Mais il ne devrait y avoir aucun désaccord sur la nécessité d'alléger le poids des souffrances humaines, ni aucun doute sur la responsabilité de la communauté internationale pour en faire davantage. Nous devons venir en aide aux millions de personnes innocentes chassées de chez elles et accroître la capacité des pays voisins à gérer cet afflux », en moyenne de 5.000 Syriens par jour.

Demain, des ministres iraquiens, jordaniens, libanais et turcs et des représentants du HCR se réuniront à Genève dans l'objectif de renforcer le soutien de la communauté internationale.

A la fin août, la population réfugiée syrienne s'élevait à 716.000 au Liban, 515.000 en Jordanie, 460.000 en Turquie, 168.000 en Iraq et 110.000 personnes en Égypte.

Environ 52% de cette population sont des enfants âgés de 17 ans ou moins. Selon le HCR, le nombre d'enfants réfugiés syriens a dépassé le million le 23 août dernier. En outre, près de 4,25 millions de personnes sont déplacées à l'intérieur même de la Syrie. Avec plus de six millions de personnes déracinées, la Syrie compte désormais le plus grand nombre de déplacés ou réfugiés au monde.

Les agences humanitaires actuellement présentes sur le terrain font face à une grave pénurie de fonds, avec un appel financé à hauteur d'à peine 47%.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Les agences humanitaires de l'ONU poursuivent leur travail en Syrie malgré la situation sécuritaire difficile

En savoir plus





Coup de projecteur