Kosovo : le Conseil de sécurité salue les progrès accomplis dans l'application de l'accord entre Belgrade et Pristina

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour le Kosovo, Farid Zarif. ONU Photo/Mark Garten

29 août 2013 – Lors d'une réunion jeudi au Conseil de sécurité, le Représentant spécial du Secrétaire général pour le Kosovo, Farid Zarif, s'est félicité des « progrès importants » vers la normalisation des relations entre le Kosovo et la Serbie.

La conclusion du « Premier accord de principe régissant la normalisation des relations » entre Belgrade et Pristina du 19 avril a été suivie, le 22 mai, par un accord sur un plan de mise en œuvre, a rappelé M. Zarif, qui est également le Chef de la Mission d'administration intérimaire des Nations Unies au Kosovo (MINUK).

Au nombre des progrès dont il s'est félicité : la prise de mesures pour doter les communes à majorité serbe du Kosovo d'une autonomie substantielle, la fermeture par les autorités serbes de plusieurs postes de police au nord-Kosovo, ou encore les préparatifs des élections municipales du 3 novembre prochain.

Conclu à Bruxelles sous les auspices de la Haut Représentante de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Catherine Ashton, l'accord du 19 avril entre Belgrade et Pristina prévoit notamment l'organisation d'élections locales dans les communes du nord du Kosovo, avec l'appui de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

« Ces avancées ont conduit à la décision de l'Union européenne d'entamer des négociations d'adhésion avec la Serbie et d'organiser la première conférence intergouvernementale avant janvier 2014 », a rappelé M. Zarif. « L'Union européenne a aussi autorisé l'ouverture de négociations sur un accord de stabilisation et d'association avec le Kosovo ».

Le Représentant spécial a cependant prévenu que le niveau de confiance au sein des communautés serbes du nord-Kosovo reste faible, comme en témoigne la formation, en dehors de l'accord du 19 avril, d'une « Assemblée provisoire de la province autonome du Kosovo-Metohija », qui reflète les crainte prédominante chez les Serbes du nord.

Compte de l'échéance électorale de novembre, « les choses sont difficiles », a reconnu le Représentant spécial, tout en saluant le fait que l'OSCE fournit les ressources nécessaires pour faciliter la tenue du scrutin dans les municipalités du nord du Kosovo.

Selon lui, les défis à relever demeurent et exigent une approche souple pour trouver des arrangements acceptables par toutes les parties. Pour que ce scrutin soit couronné de succès, il faut encourager une participation pleine et entière, notamment dans les municipalités du nord.

« Il faut de la fermeté et de la souplesse de part et d'autre et en particulier, pour traiter de façon adéquate les préoccupations des populations locales », a conclu le Représentant spécial.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Kosovo : Navi Pillay rappelle l'importance d'institutions robustes pour défendre les droits de l'homme

En savoir plus


Coup de projecteur