Liban : le Conseil de sécurité proroge d'un an le mandat de la FINUL

Des personnels de la FINUL devant la Ligne bleue, au Sud-Liban Photo: FINUL

29 août 2013 – Constatant que la situation qui règne au Liban continue de menacer la paix et la sécurité internationales, le Conseil de sécurité a prorogé jeudi d'un an, jusqu'au 31 août 2014, le mandat de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL), « dont le déploiement avec l'armée libanaise a contribué à créer un nouvel environnement stratégique » dans le sud de ce pays.

Le 11 août 2006, le Conseil de sécurité avait modifié le mandat de la FINUL, présente au Liban depuis 1978, pour mettre fin au conflit entre Israël et le Hezbollah, qui faisait rage depuis un mois. Portés à un maximum de 15.000 contre 2.000 à l'époque, les effectif de la FINUL sont chargés depuis sept ans de contrôler la cessation des hostilités, d'accompagner et d'appuyer les forces armées libanaises à mesure de leur déploiement et de faciliter l'accès humanitaire aux populations civiles.

La résolution adoptée aujourd'hui demande à nouveau à tous les États d'appuyer et de respecter pleinement l'instauration, entre la Ligne bleue et le fleuve Litani, d'une zone d'exclusion de tous personnels armés autres que ceux du gouvernement libanais et de la FINUL, avec pour objectif de parvenir à « un cessez-le-feu permanent et une solution à long terme ». Dans ce contexte, le Conseil demande que la Force et l'armée libanaise continuent de coopérer, surtout en menant des « patrouilles coordonnées et adjacentes ».

Le Conseil se félicite aussi que la FINUL et l'armée libanaise participent actuellement à un « dialogue stratégique », dont l'objectif est de déterminer les besoins exacts de cette dernière pour mener à bien les tâches prescrites dans la résolution 1701.

L'armée libanaise est félicitée pour les efforts qu'elle a consentis en vue de mettre sur pied son « plan de développement des capacités ». La résolution demande donc aux donateurs de coopérer davantage afin de l'aider à renforcer ses capacités, notamment en menant des activités de formation.

De son côté, Israël est engagé à retirer « sans plus tarder » son armée de la partie nord de Ghajar, en coordination avec la FINUL, qui a activement collaboré avec ce pays et avec le Liban pour le faciliter.


News Tracker: autres dépêches sur la question

La FINUL enquête sur un incident survenu à la frontière israélo-libanaise

En savoir plus





Coup de projecteur