Syrie : Ban Ki-moon choqué par les nouvelles allégations de recours aux armes chimiques

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon. Photo: ONU/Rick Bajornas

21 août 2013 – Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a exprimé mercredi sa consternation concernant les rapports d'allégations de l'utilisation d'armes chimiques dans la banlieue de Damas, en Syrie, et ce alors que l'équipe de l'ONU chargée d'enquêter sur la question mène actuellement les travaux dans d'autres sites du pays.

L'équipe « suit attentivement la situation en Syrie, et reste pleinement engagée dans le processus d'investigation mandate par le Secrétaire général », a déclaré le porte-parole de M. Ban aux journalistes à New York.

Suite à une réunion d'urgence au Conseil de sécurité, le Vice-secrétaire général, Jan Eliasson, a déclaré que M. Ban est prêt à demander des enquêtes sur les dernières allégations.

« Nous espérons que nous serons en mesure de mener l'enquête », a déclaré M. Eliasson lors d'un point presse à l'extérieur de la salle du Conseil de sécurité, en réaffirmant la nécessité de mettre fin aux hostilités.

De son côté, la Représentante argentine Maria Cristina Perceval, qui assume la présidence du Conseil de sécurité pendant le mois d'août, a affirmé les « graves préoccupation des membres du Conseil » concernant les allégations, et un sentiment général qu'il est nécessaire de faire la lumière sur ce qui s'est passé. Les membres du Conseil ont souligné qu'ils suivent attentivement la situation.

L'équipe de l'ONU est censée passer 14 jours avec une possible extension, afin de faire la lumière sur les allégations d'utilisation d'armes chimiques par les forces gouvernementales à Khan al-Asal, ainsi que deux autres allégations rapportées par des États Membres.

Selon l'accord conclu à Damas, en juillet dernier, les deux parties discutent en parallèle d'autres allégations et des sites qui y sont relatifs.

« Le professeur Åke Sellström discute avec le gouvernement syrien de toutes les questions relatives aux allégations de recours aux armes chimiques, y compris l'incident rapporté le plus récemment », a souligné le porte-parole.

Il a ajouté que Ban Ki-moon est conscient qu'un certain nombre d'États Membres, la Ligue des États arabes et l'Union européenne ont exprimé de profondes préoccupations s'agissant des derniers rapports sur une possible utilisation d'armes chimiques.

Selon son porte-parole, M. Ban a rappelé que l'usage d'armes chimiques constitue une violation du droit international, quelles que soient les circonstances. Il a réaffirmé la nécessité d'une enquête exhaustive sur les incidents allégués.

Les quinze membres du Conseil de sécurité doivent se réunir cet après-midi à huis clos. Ils entendront un exposé du Vice-Secrétaire général, Jan Eliasson.

Par ailleurs, au Caire, le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, Jeffrey Feltman a rencontré aujourd'hui le Secrétaire général de la Ligue des États arabes, pour discuter d'un grand nombre de questions, notamment les efforts en vue d'une solution politique au conflit en Syrie.

De son côté, le Représentant spécial conjoint pour la Syrie, Lakhdar Brahimi, qui rend compte aux deux organisations, a soutenu les efforts pour une solution politique comprenant la tenue d'une deuxième conférence internationale sur la Syrie qui doit avoir lieu à Genève.


News Tracker: autres dépêches sur la question

La Syrie accepte les modalités de coopération avec l'équipe de l'ONU chargée d'enquêter sur l'utilisation présumée d'armes chimiques

En savoir plus





Coup de projecteur