L'ONU prévient que la violence sexuelle reste un grave problème Somalie

Des centaines de milliers de femmes déplacées en Somalie sont vulnérables face au risque de violence sexuelle. Photo: OCHA/R. Maingi

16 août 2013 – Le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a indiqué vendredi que la violence sexuelle continue d'être un problème considérable en Somalie, et ce type de crimes sont souvent commis par des hommes armés.

Selon l'OCHA, près de 800 cas de violence sexuelle ont été rapportés pendant les premiers six mois de l'année en Somalie, et que ce sont souvent des hommes en uniforme qui les commettent.

« La violence sexuelle et sexiste inclue la violence conjugale, les pratiques traditionnels nuisibles telles que l'excision, et les mariages forcés et précoces », a expliqué le porte-parole de l'OCHA, Jens Laerke, lors d'une conférence de presse à Genève, en ajoutant que la majorité des victimes étaient des femmes âgées de plus de 18 ans.

En 2012, il y avait au moins 1.700 victimes de violence sexuelle et sexiste en Somalie, selon le Bureau du Représentant spécial du Secrétaire général sur la violence sexuelle dans les conflits, et la protection des victimes reste une préoccupation majeure.

M. Laerke a rappelé le cas d'une femme qui avait affirmé en janvier avoir été violée par les forces de sécurité. Cette femmes avait été arrêtée et placé en détention avec un journaliste qui avait enquêté sur l'affaire.

De son côté, la porte-parole du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), Marixie Mercado, a déclaré que près d'un tiers des victimes de violence sexuelle et sexiste étaient des enfants et qu'en 2012, l'UNICEF et ses partenaires ont fourni une assistance à plus de 2.200 victimes de violence sexuelle dans le pays.


News Tracker: autres dépêches sur la question

UNICEF : malgré une opposition massive, 30 millions de filles risquent l'excision

En savoir plus





Coup de projecteur