Le Conseil de sécurité salue la coopération régionale dans la lutte contre la piraterie dans le golfe de Guinée

Un membre de l’équipage s’apprête à monter à bord d’un cargo restitué après son détournement par des pirates le 24 juillet 2011 au Bénin. Photo: IRIN/Daniel Hayduk

14 août 2013 – Le Conseil de sécurité a exprimé mercredi sa vive préoccupation face à la menace de la piraterie dans le golfe de Guinée et a réaffirmé la nécessité de s'attaquer aux causes sous-jacentes de ce fléau, en étroite coopération avec les organisations de la région, avec le soutien de la communauté internationale.

« Le Conseil demeure vivement préoccupé par la menace que les actes de piraterie et vols à main armée commis en mer dans le golfe de Guinée font peser sur la navigation internationale, la sécurité et le développement économique des États de la région, la sécurité et le bien-être des gens de mer et d'autres personnes, ainsi que la sécurité des routes maritimes commerciales », a affirmé la présidence du Conseil, actuellement assurée par l'Argentine, dans une déclaration.

Le Conseil s'est félicité des initiatives déjà prises, en coopération avec l'Union africaine, par les États de la région et les organisations régionales, dont la Communauté économique des États de l'Afrique centrale (CEEAC), la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), la Commission du golfe de Guinée (CGG) et l'Organisation maritime de l'Afrique de l'Ouest et du Centre (OMAOC), pour renforcer la sécurité dans le golfe de Guinée, notamment lors du Sommet des chefs d'État et de gouvernement du golfe de Guinée à Yaoundé les 24 et 25 juin 2013.

« Le Conseil se félicite de la décision de créer au Cameroun un centre de coordination interrégional chargé de coordonner la mise en œuvre de la stratégie régionale de sûreté et de sécurité maritimes, qui devrait contribuer à la mise en place de mécanismes multinationaux et transrégionaux embrassant l'ensemble de la région du golfe de Guinée », a précisé la présidence du Conseil.

Le Conseil a exhorté les États et les organisations internationales, ainsi que le secteur privé à mettre en commun tous éléments de preuve, informations et renseignements dont ils disposent aux fins de la répression des actes de piraterie, et notamment de l'exercice de poursuites efficaces contre quiconque est soupçonné de ces actes ou de les avoir facilités, ceux qui sont condamnés de ce chef devant être incarcérés, et encourage les initiatives existantes ou nouvelles en la matière.

Le Conseil « engage les partenaires bilatéraux et internationaux à aider, sur demande, les États et les organisations régionales, compte tenu des textes issus du Sommet de Yaoundé, à se donner les moyens de combattre la piraterie et les vols à main armée en mer dans la région, notamment d'effectuer des patrouilles en mer et de mener des opérations régionales dans le respect du droit international ».


News Tracker: autres dépêches sur la question

Ban salue le succès du Sommet de Yaoundé sur la sécurité maritime dans le Golfe de Guinée

En savoir plus


Coup de projecteur