L'UNICEF renforce son soutien à la Namibie, en proie à sa pire sécheresse depuis 30 ans

Une femme cherchant de l’eau dans un puit en Namibie. Photo ONU/E. Debebe

12 août 2013 – Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) intensifie son soutien à la Namibie, actuellement confrontée à sa pire sécheresse depuis trois décennies, avec notamment pour priorité la nutrition des nourrissons.

Selon la Direction générale namibienne pour la gestion des risques de catastrophe, les 13 régions du pays touchées par la sécheresse font face à de graves pénuries d'eau et de denrées alimentaires, qui touche aussi bien humains que bétail.

L'UNICEF estime qu'environ 778.000 Namibiens, soit un tiers de la population, souffrent de malnutrition sévère ou aiguë. Les familles cèdent leurs actifs, en particulier leur bétail, ce qui se traduit par une baisse du nombre de repas consommés chaque jour, et migrent vers les villes dans l'espoir de trouver du travail.

En mai dernier, le gouvernement avait déclaré une situation urgence et promis une aide de 20 millions de dollars sous forme de vivres et d'eau potable aux populations en détresse.

Les agences humanitaires se sont également mobilisées, poursuit l'UNICEF, mais le nombre de communautés touchées ne cesse d'augmenter, tandis que les financements se raréfient. L'agence a désormais besoin de 7,4 millions de dollars pour prêter assistance à 109.000 enfants âgés de moins de 5 ans souffrant de malnutrition.

« Les femmes et les enfants sont vraiment les premières victimes de la sécheresse », a expliqué la représentante de l'UNICEF en Namibie, Micaela Marques de Sousa.

« Outre le soutien au gouvernement et aux partenaires clés tels que la Croix-Rouge namibienne, nous mettons l'accent sur l'accès des communautés à l'eau potable et aux services d'assainissement et d'hygiène, à leur sensibilisation à l'importance de la nutrition et à l'alimentation du nourrisson, et à la poursuite de la scolarité. »

La sécheresse ne fait en effet qu'aggraver les retards de croissance chez le nourrisson, prévient l'UNICEF. En Namibie, 29% des enfants âgés de moins de 5 ans sont concernés. Or, la détection précoce de la malnutrition sauve souvent des vies, rappelle l'UNICEF.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Crise alimentaire dans le nord du Mali : l'UNICEF tire la sonnette d'alarme

En savoir plus