Journée internationale des peuples autochtones : l'ONU plaide pour le respect des traités signés par les États Membres

Population autochtone en République du Congo. Photo: FNUAP

9 août 2013 – À l'occasion de la Journée internationale des peuples autochtones, observée chaque année le 9 août, des responsables des Nations Unies ont exhorté vendredi les gouvernements du monde entier à honorer leurs engagements dans le cadre des traités et des accords qu'ils ont signés avec ces communautés.

« Nous devons garantir la participation des peuples autochtones – femmes et hommes– à tous les niveaux de la prise de décisions », a plaidé le Secrétaire général Ban Ki-moon, dans un message, ajoutant que « les traités, accords et autres arrangements constructifs qui lient les États, leurs citoyens et les peuples autochtones favorisent une meilleure compréhension des opinions et valeurs des peuples autochtones […], en mettant en place un projet politique et des cadres nécessaires à la coexistence harmonieuse de différentes cultures ».

On compte dans le monde plus de 370 millions d'autochtones répartis dans quelque 70 pays – soit 5% de la population mondiale.

Le thème de cette année – « Les peuples autochtones et la création des alliances » –, vise à souligner l'importance du respect des arrangements entre États, citoyens et peuples autochtones. Ces accords sont conçus pour faire reconnaître le droit de ces populations à leurs terres, établir un cadre de vie pour tous et favoriser des échanges économiques.

« Nous devons nous employer à renforcer les partenariats qui aideront à préserver leur vigueur culturelle tout en permettant de réduire la pauvreté et de favoriser l'intégration sociale et le développement durable », précise M. Ban, pour qui les autochtones doivent être associés aux débats sur la manière d'avancer plus vite vers la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement et sur l'élaboration du programme de développement pour l'après-2015.

De son côté, la Haute Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, a déclaré que les traités, « même s'ils ont été signés ou conclus il y a plus d'un siècle », demeurent « la pierre angulaire de la protection de l'identité, des terres et des coutumes des peuples autochtones, et déterminent leurs relations avec l'Etat concerné ».

A cet égard, Mme Pillay a rappelé l'importance de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, adoptée en 2007 par l'Assemblée générale pour promouvoir la reconnaissance, le respect et l'application des traités et autres arrangements conclus avec des États ou leurs successeurs.

Pour célébrer le Journée, plus de 200 pagayeurs, dont nombre d'autochtones, accosteront aujourd'hui à New York, après avoir parcouru des centaines de kilomètres à cheval et en embarcation, afin d'honorer un traité signé en 1613 entre des immigrants hollandais et la tribu indienne Haudenosaunee.

« Le Two Row Wampum est l'aîné de tous les traités conclus par la suite », a rappelé Oren Lyons, porte-parole de la nation Onondaga, qui a représenté à plusieurs reprises les Haudenosaunee à l'ONU et ailleurs. « Il fixe les termes d'une relation d'équité et de paix. La campagne d'aujourd'hui a pour objectif de rappeler à l'opinion publique l'importance de tels accords. »


News Tracker: autres dépêches sur la question

Pillay demande à Israël de revoir une loi qui déplacerait des milliers de Bédouins

En savoir plus





Coup de projecteur