L'agence de l'ONU pour les réfugiés appelle le Gouvernement soudanais à renouveler les permis de travail de ses employés au Darfour

Un enfant est vacciné contre la méningite dans un centre communautaire du camp de personnes déplacées d'Al Neeml, dans le Darfour. Photo: Albert González

6 août 2013 – Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a demandé au Gouvernement soudanais de renouveler les permis de travail de ses employés internationaux basés au Darfour, afin de leur permettre de reprendre la totalité de leurs opérations de protection et d'assistance des milliers de civils déplacés.

Sur les 37 employés internationaux basés au Darfour, seulement 17 ont actuellement des permis valides pour continuer leur travail. Dans vingt autres cas, les permis n'ont pas été renouvelés, malgré les demandes répétées du HCR auprès des autorités gouvernementales concernées, ce qui nous force à ralentir nos opérations.

Ceci a particulièrement affecté le travail du HCR au Nord-Darfour. Personne parmi les employés internationaux du HCR basés à El Fasher n'a obtenu un permis pour rentrer. Par ailleurs, il a été demandé aux tout derniers employés encore présents sur place de partir fin juillet. En conséquence, le HCR est dans l'incapacité de mener efficacement ses activités de protection et d'assistance pour les déplacés au Nord-Darfour.

La situation humanitaire au Darfour demeure critique à la fois pour les personnes déplacées de longue date et pour celles qui sont nouvellement déplacées après les récents combats.

On compte actuellement environ deux millions de déplacés internes au Darfour. Parmi eux, quelque 1,2 million vit dans des camps. Il y a déjà eu près de 300 000 nouveaux déplacés pour la seule année 2013, y compris un tiers dans et depuis le Nord-Darfour.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Conseil de sécurité: inquiétude devant le regain de violence interethnique au Darfour

En savoir plus





Coup de projecteur