Allégations d'exécutions de dizaines de soldats en Syrie: Navi Pillay demande une enquête

La Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay. Photo: ONU/Jean-Marc Ferré

2 août 2013 – La Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, a demandé vendredi l'ouverture d'une enquête indépendante sur les allégations d'exécutions sommaires de plusieurs dizaines de soldats syriens capturés le mois dernier lors d'affrontements à Khan Al-Assal, un district rural d'Alep.

Des vidéos postées sur l'Internet entre les 22 et 26 juillet révèlent qu'au moins 30 personnes, dont une majorité de militaires, auraient été exécutées par des groupes d'opposition armés au cours d'un seul et même incident.

Dans ces vidéos filmées par des groupes de l'opposition en butte au régime de Bachar Al-Assad, on peut voir des membres des forces gouvernementales contraints de s'allonger par terre. D'autres images montrent des membres du Croissant-Rouge syrien et des médecins de l'armée libre syrienne en train de ramasser des corps à travers la ville, la plupart des victimes ayant été tuées d'une balle dans la tête.

Navi Pillay juge indispensable l'ouverture d'une enquête indépendante pour vérifier ces allégations de crimes graves. S'appuyant sur des informations fiables selon lesquelles les groupes d'opposition détiennent toujours des membres des forces gouvernementales, la chef des droits de l'homme à l'ONU rappelle que tous les prisonniers ou blessés doivent être traités avec humanité et dans le respect du droit international. Elle rappelle aux groupes d'opposition qu'ils ne sont pas à l'abri de poursuites pour de tels crimes.

Le Bureau du Haut Commissariat des droits de l'homme continue d'enquêter sur les circonstances dans lesquelles ces tueries auraient été commises, et sur leur ampleur. Parallèlement, des enquêteurs des Nations Unies ont été autorisés à se rendre à Khan Al-Assal dans le contexte d'une autre affaire.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Dénoncer la litanie des crimes en Syrie n'est pas suffisant, pour le Président de la Commission d'enquête

En savoir plus





Coup de projecteur