L'Organe de contrôle des stupéfiants demande à l'Uruguay de revoir son projet de loi sur le cannabis

1 août 2013 – L'entité des Nations Unies chargée de surveiller la production et la consommation des stupéfiants à travers le monde a exhorté jeudi l'Uruguay à revoir son projet de loi qui autoriserait la vente de cannabis à des fins non médicales.

Si elle venait à être adoptée, cette loi serait en effet en contradiction avec les dispositions des traités internationaux relatifs au contrôle des drogues, en particulier la Convention unique sur les stupéfiants de 1961, à laquelle l'Uruguay est partie.

Selon l'Organe de contrôle des stupéfiants, cette loi aurait également de graves conséquences pour la santé et le bien-être de la population, ainsi que pour la prévention de l'abus de cannabis chez les jeunes.

L'Organe exhorte en conséquence les autorités uruguayennes à veiller à ce que le pays respecte le droit international, qui limite l'usage de stupéfiants, dont le cannabis, à des fins médicales et scientifiques exclusivement.

Basé à Vienne, l'Organe de contrôle des stupéfiants est une entité de contrôle indépendante et quasi judiciaire, qui est chargé d'appliquer les Conventions internationales des Nations Unies de contrôle des drogues.

«Conformément à son mandat, l'Organe a toujours cherché à maintenir le dialogue avec le Gouvernement de l'Uruguay sur ce sujet, en proposant notamment l'envoi d'une mission au plus haut niveau dans le pays », indique l'Organe dans un communiqué de presse, avant d'appeler les autorités uruguayennes à examiner soigneusement toutes les conséquences dudit projet de loi avant de prendre une décision.

L'Organe exprime également son regret devant le refus du Gouvernement de recevoir l'une de ses missions, avant la soumission de ce projet de loi devant le Parlement.


News Tracker: autres dépêches sur la question

L'Organe international de contrôle des stupéfiants s'inquiète du succès des euphorisants légaux

En savoir plus


Coup de projecteur