Les attaques contre les soldats de la paix peuvent constituer des crimes de guerre, selon le Procureur de la CPI

Le Procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda. Photo: ICC-CPI

19 juillet 2013 – Le Procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, a condamné vendredi l'attaque qui a tué sept Casques bleus tanzaniens et blessé 17 membres des forces militaires et des forces de police de l'Opération hybride Union africaine-Nations Unies au Darfour (MINUAD) le 13 juillet dans le Darfour-Sud.

Selon l'ONU, il s'agit de l'une des attaques les plus meurtrières menées à l'encontre des soldats de la paix depuis leur déploiement dans la région et de la troisième ces trois dernières semaines. Le Conseil de sécurité et le Secrétaire général avaient condamné cette attaque dans les termes les plus énergiques.

Le Procureur a ensuite rappelé aux belligérants que la Cour peut exercer sa compétence au Darfour conformément à la résolution 1593 du Conseil de sécurité et que le fait de diriger intentionnellement des attaques contre des soldats du maintien de la paix peut constituer des crimes de guerre.

Le Bureau n'hésitera pas à enquêter sur de tels crimes et à en poursuivre les auteurs présumés si les autorités nationales compétentes n'y donnent pas suite, a poursuivi le Procureur, qui a invité le Gouvernement soudanais à conduire promptement une enquête approfondie et à poursuivre tous les responsables de ces crimes. Cette dernière attaque porte à 54 le nombre de Casques bleus de la MINUAD tués depuis 2007 dans la région.

Le Bureau a aussi engagé des poursuites dans le cadre d'une attaque prétendument dirigée par Abdallah Banda et Saleh Jerbo contre des soldats du maintien de la paix de l'Union africaine à Haskanita, au Darfour, en 2007. Le procès en question doit s'ouvrir en mai 2014.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Darfour : le Conseil de sécurité condamne l'attaque perpétrée contre des membres de la MINUAD

En savoir plus




Coup de projecteur