RDC : la MONUSCO prête à défendre les civils suite à une nouvelle attaque des M23

Des Casques bleus des Nations Unies en République démocratique du Congo. Photo: MONUSCO

15 juillet 2013 – La Mission de l'Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation au Congo

(MONUSCO), a exprimé lundi sa préoccupation concernant l'attaque du Mouvement du 23 mars (M23) contre des soldats des Forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) dans la province du Nord Kivu et lancé un appel à la retenue afin d'éviter une escalade de la situation.

Des combats ont éclaté lundi après-midi à Mutaho, localité située à 8 km au nord-ouest de Goma lorsqu'une position des FARDC a été attaquée par le M23. Cette attaque est survenue après que le M23 a renforcé ses positions aux alentours de Kibati, près de Mutaho dans la matinée avec des armes lourdes et un tank.

« Je lance un appel pour le respect de l'Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération afin de permettre au processus politique en cours d'aller de l'avant », a dit le Représentant spécial par intérim de la MONUSCO, Moustapha Soumaré, dans un communiqué de presse. « J'invite tous les signataires de l'Accord-cadre à user de leur influence pour éviter une escalade de la situation ».

La MONUSCO a mis ses troupes en état d'alerte maximale. Elle est prête à prendre toutes les mesures nécessaires y compris la force létale pour protéger les civils. Toute tentative, par le M23 d'avancer vers Goma, sera considérée comme une menace directe sur les civils.


News Tracker: autres dépêches sur la question

RDC : l'ONU préoccupée par le sort de 53 enfants dans la province du Nord-Kivu

En savoir plus





Coup de projecteur