Lutte contre la traite humaine : l'ONU renforce la coopération avec le Conseil de l'Europe

La Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, Joy Ngozi Ezeilo. Photo: ONU/Paulo Filgueiras

5 juillet 2013 – Lors d'une réunion qui s'est tenue vendredi, le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la traite des personnes, Joy Ngozi Ezeilo, et le Conseil des groupes d'experts sur la lutte de l'Europe contre la traite des êtres humains (GRETA), ont discuté d'une stratégie pour mettre un terme à la traite et aux formes d'esclavage moderne.

« Cette diversité d'acteurs ne peut que renforcer une approche intégrée pour lutter contre le fléau multidimensionnel que constitue la traite des êtres humains en Europe et au-delà », a souligné Mme Ezeilo lors de la réunion.

Le Rapporteur spécial de l'ONU et les experts du GRETA se sont réunis à Strasbourg en France pour discuter d'actions communes et pour améliorer le partage d'informations concernant la lutte contre la traite des personnes. Près de 21 millions de personnes sont victimes de traite et de travail forcé, dont près d'un million dans les États membres de l'Union européenne, selon l'Organisation internationale du travail des Nations Unies (OIT).

La rencontre s'inscrit dans le cadre d'une approche coordonnée, notamment entre les mécanismes régionaux et sous-régionaux, tels que définis dans le rapport 2010 présenté par Mme Ezeilo au Conseil des droits de l'homme de l'ONU. Ce rapport a été préparé avec la contribution des GRETA, qui surveille la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l'Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains.

La traite des personnes est alimentée par la demande pour l'exploitation sexuelle, la main d'œuvre bon marché, le trafic d'organes humains, l'adoption illégale et les mariages forcés, a souligné Mme Ezeilo dans un rapport publié récemment.

Elle a exhorté les gouvernements à élargir leur perception du problème, souvent axée exclusivement sur la demande de l'exploitation sexuelle commerciale, en particulier des femmes et des filles, et qui néglige les autres formes de la demande, telles que la demande de main-d'œuvre et la vente d'organes.

L'ONU a adopté en 2010 un Plan d'action mondial pour la lutte contre la traite des personnes, qui prévoit l'intégration de la lutte contre la traite des êtres humains dans des programmes de développement de l'ONU. Le plan repose sur quatre piliers, dont la prévention de la traite, la poursuite les délinquants, la protection des victimes et la création de partenariats pour lutter contre le trafic.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Traite des personnes : une experte de l'ONU exhorte le Maroc à adopter une approche centrée sur les victimes

En savoir plus





Coup de projecteur