Le Haut-Commissariat aux droits de l'homme alarmé par la situation extrêmement tendue en Égypte

Les affrontements entre manifestants et policiers sont désormais monnaie courante dans le centre-ville du Caire. Photo: Amr Emam/IRIN

2 juillet 2013 – Le Bureau du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme a fait part mardi de sa vive préoccupation devant la situation extrêmement tendue régnant en Égypte. Par la voix de son porte-parole, Rupert Colville, l'agence onusienne a également réaffirmé son soutien résolu au peuple égyptien.

« Depuis le début des premières manifestations en janvier 2001, le Haut-Commissariat a toujours appuyé l'exercice par le peuple égyptien de ses droits d'expression et de réunion, tout en appelant les parties à résoudre leurs différends de manière pacifique en s'abstenant de recourir à la violence », a indiqué M. Colville depuis Genève.

Il a ensuite exhorté le Gouvernement égyptien à n'épargner aucun effort pour protéger le droit que détiennent les citoyens de manifester pacifiquement. Il a ensuite regretté les décès enregistrés en Égypte depuis dimanche et demandé que les auteurs d'attaques contre des manifestations pacifiques, et qui auraient fait un usage excessif de la force, soient tenus responsables de leurs actes.

« Le Haut-Commissariat appelle tous les partis politiques et groupes sociaux à s'engager sans attendre dans un dialogue national robuste afin de trouver une solution pacifique au conflit et prévenir toute escalade dans la violence », a poursuivi le porte-parole, avant d'exhorter le Président égyptien à entendre les demandes formulées par le peuple au cours des très importantes manifestations de ces derniers jours.

« Les garanties données par les responsables des forces de l'ordre et les autorités militaires de s'abstenir de tout recours excessif à la force contre des manifestants défilant pacifiquement sont les bienvenues », a conclu M. Colville.

Hier, le Secrétaire général des Nations Unies avait dans un message jugé crucial que les Égyptiens empruntent la voie du dialogue et de la non-violence pour restaurer la stabilité et faire progresser la transition en cours dans le pays. Il avait en outre plaidé pour la tolérance et la coexistence harmonieuse des différentes fois et croyances, ce qui est traditionnellement le cas en Égypte.

Depuis la chute du Président Moubarak, il y a deux ans, à la suite de manifestations massives, l'Égypte est engagée dans une transition démocratique heurtée, aggravée par les difficultés économiques. Ces derniers jours, le pays est secoué par de violentes manifestations dirigées contre le Président en place, Mohamed Morsi.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Egypte : Ban appelle toutes les parties à respecter le droit de manifester de manière pacifique

Aucun résultat
Aucun résultat