Le chef de l'AIEA appelle à une action renforcée pour améliorer la sécurité nucléaire dans le monde

Le Directeur général de l’AIEA, Yukiya Amano. Photo AIEA/D. Calma

1 juillet 2013 – L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a exhorté lundi les États à renforcer la coopération visant à sécuriser les matériaux nucléaires et radioactifs et à faire en sorte que les instruments internationaux entrent en vigueur.

Lors de l'ouverture de la conférence sur la sécurité nucléaire qui a lieu actuellement à Vienne, le Directeur exécutif de l'AIEA, Yukiya Amano, a indiqué que les succès enregistrés dans la lutte contre le terrorisme, notamment les attaques qui ont pu être déjouées par le passé, ne devaient pas susciter un faux sentiment de sécurité.

« La menace posée par le terrorisme nucléaire est bien réelle. Les systèmes de sécurité nucléaire dans le monde doivent être renforcés afin de faire face à cette menace », a souligné M. Amano devant les 1.300 participants de cette réunion, notamment les représentants de 120 gouvernements et de plus de 20 organisations internationales et régionales.

« Votre présence ici envoie le message, crucial, que le monde prend au sérieux les efforts visant à protéger les matériaux nucléaires et radioactifs de tout agissement malveillant », a-t-il ajouté.

Cette conférence a pour objectif d'évaluer l'expérience et les réalisations de la communauté internationale dans le domaine de la sécurité nucléaire, de renforcer la compréhension des approches actuelles, ainsi que de créer un forum mondial d'échange au niveau ministériel.

Les mesures telles que l'établissement d'un cadre législatif pour le renforcement des contrôles aux frontières, la formation des agences de police ou encore l'installation d'équipements de détection dans les ports et aéroports, seront examinées.

M. Amano a ensuite évoqué un incident récent en Moldavie, où des trafiquants ont tenté de dissimuler de l'uranium enrichi, faisant preuve d'une connaissance « inquiétante » des moyens de détection. « Le cas a trouvé une conclusion heureuse. Nous ne sommes néanmoins pas sûrs que ce type d'affaire n'est pas la pointe émergée de l'iceberg ».

« Les terroristes et criminels exploiteront toute vulnérabilité de nos systèmes de sécurité internationales », a averti le Directeur exécutif de l'AIEA. « Chaque pays peut être utilisé comme point de transit. Chaque pays peut être la cible d'une attaque ».

M. Amano a exhorté les États membres de l'AIEA à assurer l'entrée en vigueur de l'amendement à la Convention sur la protection physique des matières nucléaires conclu en 2005. Cet amendement doit être ratifié par 30 pays avant d'entrer en vigueur.

À la fin de la première journée, la conférence a adopté, en réunion plénière, une déclaration ministérielle qui a fait écho aux préoccupations exprimées par M. Amano. Malgré les avancées considérables réalisées au cours des dernières années, les participants ont souligné la nécessité de renforcer les efforts pour améliorer la lutte contre les menaces posées par le terrorisme nucléaire.

La déclaration, la première de son genre, indique que si tous les États sont responsables de leur propre sécurité nucléaire, la coopération internationale est importante pour soutenir les efforts des États. Elle réaffirme enfin le rôle central de l'AIEA dans le renforcement de la sécurité nucléaire au niveau mondial et dans la coordination des efforts internationaux.

Aucun résultat
Aucun résultat