L'UNESCO condamne le meurtre du journaliste ougandais Thomas Pere

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova. Photo UNESCO/Danica Bijeljac

26 juin 2013 – La Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation,

la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a exhorté mercredi les autorités de l'Ouganda à diligenter une enquête approfondie sur le meurtre du journaliste Thomas Pere, dont le corps a été retrouvé le 17 juin aux alentours de la capitale, Kampala.

« Je condamne le meurtre de Thomas Pere », a affirmé la Directrice générale qui a demandé qu'aucun effort ne soit épargné pour traduire les auteurs de cet acte devant la justice.

« L'assassinat d'un journaliste est un crime commis contre la société dans son ensemble, une tentative d'étouffer le débat démocratique et de saper le droit élémentaire qu'est la liberté d'expression », a poursuivi Mme Bokova, qui a souhaité qu'un signal fort soit envoyé aux auteurs de tels crimes afin qu'ils ne bénéficient pas de l'impunité.

Thomas Pere était journaliste, spécialisé dans les questions sociales, pour le journal New Vision. Selon l'organisation Reporters sans frontières, il était également un membre actif de la Uganda Tourism Press Association. M. Pere a été vu pour la dernière fois par ses collègues le 16 juin au soir, lorsqu'il a quitté les locaux du journal pour se rendre à son domicile. Son corps a été retrouvé le lendemain matin dans un terrain vague à quelques kilomètres de Kampala.

Thomas Pere est le quatrième journaliste à être assassiné en Ouganda depuis septembre 2010. L'UNESCO a établi un mémorial dédié aux journalistes tués dans l'exercice de leur fonction, en hommage à leur contribution à la liberté d'expression, la démocratie et la paix.


News Tracker: autres dépêches sur la question

L'UNESCO dénonce le meurtre de la journaliste radio somalienne Rahmo Abdulkadir

En savoir plus




Coup de projecteur