Droits de l'homme au Soudan: des défis majeurs subsistent en dépit des améliorations, dit un expert de l'ONU

L’Expert indépendant des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme au Soudan, Mashood Adebayo Baderin. Photo: MINUAD

21 juin 2013 – L'Expert indépendant des Nations Unies sur la situation des droits de l'homme au Soudan, Mashood Adebayo Baderin, s'est dit, vendredi, préoccupé par la situation concernant les droits de l'homme au Darfour et dans les états du Nil Bleu et du Kordofan du Sud, au Soudan, en raison des affrontements qui s'y déroulent.

Alors qu'il concluait sa troisième visite dans le pays, M. Baderin a reconnu l'engagement du Gouvernement soudanais en faveur du respect de ses obligations internationales relatives aux droits humains. «Des défis majeurs doivent encore être abordés », a-t-il toutefois affirmé, avant d'exhorter la communauté internationale à fournir une assistance technique pour le renforcement des capacités des autorités soudanaises.

En ce qui concerne le Darfour, M. Baderin a souligné la recrudescence des affrontements entre les groupes armés et les forces gouvernementales, qui nourrissent un climat d'insécurité inter-tribal et conduisent à des déplacements forcés.

«Les escarmouches dans le sud du Darfour se sont traduites par une augmentation des nouvelles arrivées dans les différents camps de personnes déplacées, notamment dans le camp d'Otash où 4.500 nouvelles personnes sont arrivées au cours du dernier mois et demi", a déclaré l'expert. En visitant le camp, M. Baderin a pu noter les terribles conditions de vie, en particulier pour les femmes et les enfants.

«Les tentes ne sont pas adéquates et la plupart des nouveaux déplacés doivent construire des abris de fortune. Ils ont besoin d'une aide immédiate, sous peine d'une catastrophe humanitaire avec l'arrivée imminente de la saison des pluies ", a souligné l'expert.

M. Baderin a ensuite condamné les violations des droits de l'homme et du droit humanitaire commises par les parties au conflit dans le Kordofan du Sud, mentionnant à cet effet le bombardement récent de la capitale de cet état, Kadugli, qui a coûté la vie à un soldat de la paix de l'ONU.

"Les attaques rebelles à Abu Kershola, dans le Kordofan du Sud, et à UmRowaba, dans le Kordofan du Nord, sont des atteintes graves portées à des civils innocents qui conduisent à des violations des droits de l'homme et des déplacements forcés extrêmement préoccupants", a déclaré l'expert.

Tout en notant certains développements positifs dans l'état du Nil Bleu, en particulier l'amélioration significative dans l'acheminement de l'aide humanitaire dans les zones contrôlées par le Gouvernement, l'expert a fait part de son inquiétude concernant les civils pris au piège dans les zones contrôlées par les rebelles, en raison des combats entre ces derniers et les forces gouvernementales.

"J'ai été le destinataire de rapports montrant que la situation humanitaire dans ces régions continuait de se détériorer en raison des activités belliqueuses auxquelles se livrent les parties au conflit. J'ai également été informé que de nombreux civils, déplacés et vulnérables, ont été forcés de se déplacer encore plus au sud et n'ont pas d'accès à des éléments de base comme l'eau et la nourriture ", a-t-il déploré.

M. Baderin a ensuite affirmé que le lancement le 19 juin d'un Plan d'action national pour les droits de l'homme sur une période de dix ans était une avancée, avant de prendre acte de la libération de certains prisonniers politiques appartenant à l'opposition depuis sa dernière visite.

Enfin, M. Baderin a réitéré son appel au gouvernement pour qu'il protège la liberté de la presse, la liberté d'expression et la liberté de réunion, afin que tous les citoyens puissent exprimer leur point de vue sans crainte de représailles de la part des autorités. Il présentera ses conclusions et recommandations dans un rapport détaillé au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies en Septembre 2013.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Soudan : un Casque bleu tué et deux autres blessés lors d'une attaque contre une base de la FISNUA

En savoir plus





Coup de projecteur