Kosovo: satisfaction au Conseil de sécurité après l'accord de normalisation entre Pristina et Belgrade

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour le Kosovo, Farid Zarif. ONU Photo/Mark Garten

14 juin 2013 – Lors d'un débat du Conseil de sécurité sur la Mission d'administration intérimaire des Nations Unies au Kosovo (MINUK) vendredi, les participants se sont félicités de l'accord « historique », signé le 19 avril dans le cadre d'un dialogue facilité par l'Union européenne, qui jette les fondations de relations normalisées entre Pristina et Belgrade.

« L'accord du 19 avril représente une réalisation majeure et une étape décisive pour Belgrade et Pristina et devrait contribuer à une solution pacifique des problèmes qui ont longtemps divisé les parties », a ainsi déclaré le Représentant spécial du Secrétaire général et Chef de la MINUK, Farid Zarif.

Sa mise en œuvre, a-t-il ajouté devant les membres du Conseil, le Premier Ministre de la Serbie, M. Ivica Dačić, et M. Hashim Thaçi, du Kosovo, « nécessitera un travail assidu par les parties et le soutien actif de la communauté internationale ».

M. Zarif présentait au Conseil de sécurité le dernier rapport du Secrétaire général sur les activités menées par la MINUK, dans lequel M. Ban « félicite vivement » les dirigeants politiques à Belgrade et à Pristina, qui, selon lui, « ont fait preuve de la ténacité, de la clairvoyance politique et du leadership nécessaires pour permettre cette authentique avancée ».

M. Zarif a ensuite fourni des précisions sur cet accord en 15 points, qui prévoit la mise en place d'une association/communauté dotée d'un statut et d'un ensemble de compétences, ainsi que l'organisation d'élections locales dans les municipalités du nord du Kosovo en 2013, avec l'aide de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

De même, chacune des deux parties, a-t-il dit, s'est engagée à ne pas entraver les démarches de l'autre en vue d'intégrer l'Union européenne. Un comité de mise en œuvre comprenant des représentants des deux parties doit être mis sur pied avec l'aide de l'Union européenne.

« C'est le premier accord conclu entre Belgrade et Pristina », a noté M. Dačić, en insistant néanmoins sur la nécessité d'« affiner de nombreux points », comme le statut de l'Église orthodoxe serbe, la protection des sites culturels et religieux et le retour des personnes déplacées.

M. Thaçi a, quant à lui, souligné que cet accord donnait un « élan important » au Conseil pour qu'il envisage l'adoption d'une nouvelle résolution visant à mettre fin au mandat de la MINUK au Kosovo.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Ban se félicite de l'accord «historique» entre Belgrade et Pristina, conclu sous les auspices de l'Union européenne

En savoir plus


Coup de projecteur