ONU : profonde inquiétude devant les agissements d'Israël dans les territoires palestiniens

Le tribunal militaire et la prison d'Ofer, en Cisjordanie. Photo: UNICEF-oPt/Ennaimi

14 juin 2013 – Le Secrétaire général a fait part vendredi de sa profonde préoccupation devant l'expansion continue des colonies de peuplement israéliennes, et ce, en violation du droit international.

Dans un message transmis par son porte-parole, il se dit en particulier troublé par les informations selon lesquelles le projet de construction de centaines d'unités d'habitation au sein de la colonie d'Itamar, profondément avancée au sein de la Cisjordanie, aurait avancé d'une étape supplémentaire, comme cela est également le cas de la zone de peuplement de Bruchin. Ces informations font suite à d'autres récentes annonces concernant Beit El, près de Ramallah.

Ban Ki-moon reste en outre préoccupé par les informations faisant état de projets d'environ 1000 unités d'habitation de colons à Jérusalem Est, ainsi que par les mesures prises afin d'autoriser quatre zones de peuplement illégales, situées très à l'intérieur de la Cisjordanie.

«Ces décisions malheureuses, qui ne font que saper les progrès vers la solution des deux Etats, constituent un précédent profondément inquiétant, au moment où des efforts sont faits pour relancer le processus de paix », affirme le patron de l'ONU.

M. Ban exhorte Israël à entendre les appels de la communauté internationale en faveur du gel des activités de peuplement et à se conformer aux engagements qu'il tient du droit international et de la Feuille de route.

De son côté, le Rapporteur spécial sur la situation des droits de l'homme dans les territoires palestiniens occupés depuis 1967, Richard Falk, a, depuis Genève, exhorté Israël à lever le blocus de Gaza, que M. Falk a qualifié de « punition collective ».

Renforcé après la prise du pouvoir du Hamas à Gaza en juin 2006, le blocus entre dans sa septième année.

« Les six années d'un étranglement soigneusement calculé de la bande de Gaza par Israël ont dévasté l'économie et maintenu les habitants de Gaza dans une pauvreté perpétuelle et une dépendance à l'aide extérieure », a-t-il dit.

Soulignant les souffrances insupportables endurées par le peuple de Gaza pendant six ans, le Rapporteur spécial a demandé que cesse le châtiment collectif de la population civile des mains de l'Etat israélien.

M. Falk a ensuite fait remarquer que depuis 2007 la capacité productive de Gaza a diminué, 80% des usines étant fermées ou opérant à la moitié de leur capacité, et que le chômage atteint 34% de la population active.

« 44% des habitants de Gaza sont en insécurité alimentaire et 90% de l'eau de Gaza est impropre à la consommation sans traitement approprié », s'est-il indigné.

Enfin, rappelant les prévisions des Nations Unies indiquant que la bande de Gaza serait inhabitable d'ici 2020 si les conditions en vigueur se poursuivaient, M. Falk a mentionné certains prévisions, encore moins optimistes, qui affirment que Gaza ne serait plus habitable d'ici trois ans seulement.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Conseil des droits de l'homme : un expert de l'ONU dénonce les violations des droits des Palestiniens

En savoir plus





Coup de projecteur