Une experte de l'ONU demande à l'Indonésie de redoubler d'efforts pour garantir le droit à un logement décent

La Rapporteuse spéciale sur le droit à un logement adéquat, Raquel Rolnik. Photo ONU/Ryan Brown

11 juin 2013 – Au terme d'une mission de 12 jours en Indonésie, la Rapporteure spéciale des Nations Unies pour le droit au logement, Raquel Rolnik, a averti mardi que ce pays faisait face à des défis considérables pour assurer le droit au logement adéquat, dans un contexte marqué par une urbanisation rapide, de nombreux bidonvilles et une vulnérabilité face aux catastrophes naturelles.

« Je suis préoccupée par l'impact néfaste que les projets de développement peuvent avoir sur le droit au logement adéquat », souligne Mme Rolnik, faisant allusion aux évictions consécutives aux grands projets de développement publics ou privés.

Mme Rolnik a souligné que ces évictions constituaient une violation des normes internationales des droits de l'homme et appelé le Gouvernement indonésien à faire en sorte que ses lois sur les expropriations et les évictions y soient conformes.

« Il faut accorder la priorité aux personnes les plus pauvres et marginalisées de la société, notamment en adoptant des programmes publics de logement » affirme Mme Rolnik dans un communiqué de presse.

Au cours de sa mission, Mme Rolnik a examiné plusieurs des programmes qui existent en Indonésie, dont certains visent à ménager un accès à des logements abordables. Elle a salué la diversité des mécanismes permettant de transformer les logements insalubres en logements sociaux décents, tout en exprimant son inquiétude devant la concentration des efforts sur les programmes de financement de logements, qui risquent de limiter l'accès aux logements des plus pauvres.

« La politique de financement du logement est discriminatoire à l'égard des pauvres, dont ceux qui vivent dans des bidonvilles ou travaillent dans le secteur informel et les petites exploitations agricoles, soit la majorité de la société indonésienne. Ceux-là sont privés d'accès au crédit et ne peuvent donc pas bénéficier de tels programmes », explique Mme Rolnik.

En conclusion, la Rapporteure spéciale a enjoint le gouvernement à mettre en œuvre une réforme politique pour renforcer le droit au logement des Indonésiens et mieux réguler les forces du marché sur l'accès aux terrains et sur les prix des logements.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Indonésie : un projet de loi met en danger les libertés de religion et d'association, préviennent des experts de l'ONU

En savoir plus





Coup de projecteur