La FAO salue le renforcement de l'engagement en faveur de la sécurité alimentaire

Des fermiers en train d’irriguer dans le cadre d’un projet au Niger soutenu par la FAO. Photo: FAO/Giulio Napolitano

10 juin 2013 – Le Directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), José Graziano da Silva, a salué lundi les nouvelles promesses de financement, les nouveaux engagements et objectifs qu'ont annoncés les représentants de gouvernements, du secteur privé et de la société civile lors de la réunion de haut niveau sur la croissance qui s'est tenue à Londres le 8 juin.

« Je me réjouis du Pacte mondial sur la nutrition pour la croissance conclu lors de cette rencontre. La FAO travaillera avec tous les gouvernements impliqués à la réalisation de leurs objectifs de sécurité alimentaire et de nutrition », déclare M. da Silva dans un communiqué de presse.

« Le coût de l'inaction est trop élevé », insiste-t-il. « La malnutrition tue des millions de personnes chaque année et nuit à des milliards d'autres. Elle coûte près de 5% du PIB mondial en termes de manque à produire et de santé ».

Le Directeur général de la FAO a également rappelé combien l'agence onusienne a intensifié son action en faveur de la nutrition au cours des 18 derniers mois, notamment par le déploiement d'experts supplémentaires sur le terrain pour mieux répondre aux besoins des pays et mettre en œuvre une nouvelle stratégie.

« Par notre nouvelle stratégie nutritionnelle, nous travaillons à améliorer la nutrition à travers l'ensemble des actions de l'Organisation. Et pour la première fois, les avancées relatives à la nutrition figureront tout en haut de notre tableau de résultats. À compter de 2014, nous suivrons et rendrons compte d'une part nettement plus importante des mesures de la FAO concernant tous les aspects liés à la nutrition », assure M. da Silva.

La réunion a été organisée en marge du sommet du G8, qui aura lieu les 17 et 18 juin à Lough Erne, en Irlande du Nord par les gouvernements du Royaume-Uni et du Brésil. Les participants étaient en majorité des représentants de la société civile, du secteur privé et du secteur public d'une trentaine de pays.

« Nous ne pouvons espérer améliorer la nutrition sans améliorer la sécurité alimentaire, laquelle requiert de meilleurs systèmes alimentaires », souligne M. da Silva. « Cela nécessite de prendre des mesures appropriées dans les différents systèmes alimentaires, mais aussi en matière de santé publique, d'éducation ou de protection sociale».

Le Directeur général de la FAO a insisté sur la nécessité de renforcer les partenariats pour améliorer la sécurité alimentaire et la nutrition, en incluant la société civile, le secteur privé, les pouvoirs publics, la communauté scientifique et les organisations multilatérales.

Vice-président du Groupe de travail de haut niveau du Secrétaire général des Nations Unies sur la sécurité alimentaire mondiale, M. Graziano da Silva a ajouté que le système des Nations Unies se rapproche du défi Faim zéro du Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, lancé l'an dernier lors de la Conférence Rio+20.


News Tracker: autres dépêches sur la question

FAO : il est urgent de renforcer la lutte contre la malnutrition dans le monde

En savoir plus





Coup de projecteur