UNESCO : stagnation du nombre d'enfants non scolarisés et baisse de l'aide pour l'éducation

Une salle de classe dans une école en République démocratique populaire de Corée. Photo: UNOCHA/David Ohana

10 juin 2013 – De nouvelles statistiques publiées par l'UNESCO révèlent lundi que 57 millions d'enfants n'étaient pas scolarisés en 2011, soit une baisse d'à peine deux millions par rapport à l'année précédente.

Une nouvelle analyse de données démontre également que l'aide en faveur de l'éducation de base a baissé pour la première fois depuis 2002, obérant les perspectives de nombreux enfants à travers le monde.

Ces nouveaux chiffres doivent être publiés à l'occasion d'une réunion de haut niveau qui se tiendra à New York le 11 juin et qui s'inscrit dans le cadre du soutien apporté à l'Initiative mondiale « l'éducation avant tout » du Secrétaire général des Nations Unies.

« Nous sommes à un tournant décisif, » a déclaré Irina Bokova, Directrice générale de l'UNESCO. « Le monde ne doit pas se contenter d'aider les enfants à aller à l'école. Il doit également s'assurer qu'ils acquièrent effectivement les compétences de base ».

« Le double défi que nous devons relever consiste à faire en sorte que tous les enfants aillent à l'école en identifiant les multiples causes de l'exclusion, puis à nous assurer qu'ils apprennent grâce à des enseignants qualifiés et dans des environnements sains et sûrs », a poursuivi Mme Bokova, qui a indiqué que l'heure n'était pas au repli des donateurs d'aide.

« Les donateurs doivent renouveler leurs engagements visant à ce qu'aucun enfant ne soit laissé pour compte à cause de l'absence de ressources, comme ils l'avaient promis au tout début du siècle », a-t-elle exhorté.

Selon l'UNESCO, les pays de l'Afrique subsaharienne abritent plus de la moitié des enfants non scolarisés et ont les taux de scolarisation les plus faibles du monde. Plus de 20 pour cent des enfants africains ne sont jamais allés à l'école ou ont abandonné l'école avant d'avoir achevé leurs études primaires.

En revanche, les pays d'Asie du Sud et de l'Ouest ont réalisé des progrès considérables au cours des deux dernières décennies. Le nombre d'enfants non scolarisés y a baissé de deux tiers : ils étaient 38 millions en 1999 et 12 millions en 2011.

L'UNESCO souligne également le peu de progrès accomplis pour faire baisser les taux d'abandon. Environ 137 millions d'enfants ont commencé l'école primaire en 2011, mais au moins 34 millions d'enfants sont susceptibles de quitter leurs études avant d'avoir atteint la dernière classe. Cela se traduit par un taux d'abandon précoce égal à 25 %, se situant donc au même niveau qu'en 2000.

L'Afrique subsaharienne ainsi que l'Asie du Sud et de l'Est enregistrent les taux les plus élevés d'abandon précoce. Dans ces régions, plus d'un élève sur trois qui a commencé l'école primaire en 2010 n'achèvera pas ses études primaires.

Enfin, l'UNESCO révèle que l'aide en faveur de l'éducation de base a baissé de six pour cent entre 2010 et 2011. Pendant cette période d'un an, six des dix plus grands donateurs d'aide à l'éducation ont réduit leurs dépenses, le Royaume-Uni étant désormais au premier rang mondial des donateurs bilatéraux en faveur de l'éducation de base.

Les fonds ne sont en outre pas dirigés vers les régions et les pays qui en ont le plus besoin. Seulement 1,9 milliard de dollars a été alloué aux pays à faible revenu en 2011, soit un réduction de neuf pour cent, et un montant très éloigné des 26 milliards de dollars nécessaires pour combler le déficit financier de l'éducation de base.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Selon l'UNESCO, une optimisation des revenus issus des ressources naturelles ouvrirait la voie à l'enseignement primaire universel

Aucun résultat
Aucun résultat