Les investissements dans les petites exploitations agricoles peuvent aider à sortir un milliard de personnes de la pauvreté

Céréales sur un marché au Soudan du Sud. Photo: MINUSS/James Sokiri

4 juin 2013 – Selon un rapport publié mardi par le Fonds international pour le développement agricole (FIDA) et le Programmes des Nations Unies pour l'environnement, les petits exploitants agricoles ont le potentiel de déclencher une « révolution » de l'agriculture durable, à condition de recevoir le soutien nécessaire.

Le rapport indique qu'à l'heure actuelle près de 2,5 milliards de personnes gérant 500 millions de petites exploitations agricoles fournissent plus de 80% de la nourriture consommée dans les pays en développement, en particulier en Asie du sud et en Afrique sub-saharienne.

« Deux décennies de sous-investissement, une compétition accrue pour le sol et l'eau, la flambée des prix du carburant et des engrais, ainsi que les changements climatiques, sont d'autant d'obstacles pour les petits exploitants agricoles qui tentent de sortir de la pauvreté », rappelle le Directeur exécutif du PNUE, Achim Steiner, dans un communiqué de presse.

« Les petits exploitants agricoles pourraient pourtant être les moteurs d'une gestion transformée de la production alimentaire », ajoute-t-il.

Le rapport montre également que les investissements dans le secteur agricole qui ont les rendements les plus importants sont ceux qui luttent contre la pauvreté, souligne le chef du PNUE, ajoutant que ces investissements permettent en outre d'avancer vers la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) et la mise en place de nouveaux objectifs pour le développement durable pour la période après 2015.

Le soutien aux petites exploitations agricoles est cohérent avec le défi du Secrétaire général de l'ONU d'éradication de la faim et l'objectif du PNUE et de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) de limitation du gaspillage alimentaire.

« Les petits exploitants agricoles possèdent une expérience considérable et un savoir-faire, qui peuvent offrir des solutions pratiques pour rendre l'agriculture plus durable et plus équitable », souligne de son côté le Directeur de la division de l'environnement et du climat de la FIDA, Elwyn Grainger Jones.

« Il faut donner les petits exploitants le soutien dont ils ont besoin, afin qu'ils prennent la tête de la transformation du monde agricole », ajoute-t-il.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Le FIDA multiplie dons et prêts pour soutenir les femmes et la jeunesse rurale en Tunisie

En savoir plus





Coup de projecteur