L'ONU appelle à la « fin des horreurs » dans l'est de la RDC

La Haut Commissaire adjointe des Nations Unies aux droits de l'homme, Kyung-Wha Kang. Photo: ONU/Jean-Marc Ferré

31 mai 2013 – « Il est indispensable de continuer à soutenir la réponse humanitaire dans tout l'est de la RDC et ne pas perdre de vue la terrible situation humanitaire au Sud Kivu », déclare la Sous-Secrétaire générale des Nations Unies aux affaires humanitaires, Kyung-wha Kang dans un communiqué de presse vendredi.

Elle appelle aussi à une « fin des horreurs » de la crise humanitaire qui ravage l'est de la RDC depuis plus de vingt ans.

Mme Kang vient de terminer une visite de quatre jours en République démocratique du Congo (RDC) à Mulamba, un village reculé de la province du Sud Kivu où les acteurs humanitaires viennent en aide aux personnes déplacées qui, ces derniers mois, ont fui les violences armées et se sont installées autour du village et chez des familles hôtes.

Mme Kang a rencontré des représentants des personnes déplacées et des communautés hôtes qui, tous, aspirent à la paix. Lors de la visite d'un site de distribution de nourriture, elle a discuté avec des femmes déplacées qui ont sollicité une aide d'urgence immédiate afin de pouvoir offrir un abri et de la nourriture à leurs enfants et de leur permettre d'aller à l'école.

Au Sud Kivu, elle a aussi eu l'opportunité de visiter l'hôpital Panzi à Bukavu, fondé par le Dr. Denis Mukwege. L'hôpital est spécialisé dans l'assistance médicale, psychologique et légale aux femmes et aux filles qui ont survécu à un viol ou à toute autre violence sexuelle.

Accompagnée du Coordonnateur de l'action humanitaire en RDC, Moustapha Soumaré, elle a rencontré le Dr. Mukwege et son personnel, qui ont partagé leur vive inquiétude face à la recrudescence des violences sexuelles depuis 2012.

Mme Kang et M. Soumaré ont exprimé leur solidarité avec le Dr. Mukwege et son souhait de voir la paix dans l'est de la RDC ainsi que l'urgence absolue de mettre un terme aux actes de violences qui durent depuis bien trop longtemps.

Bien que le Nord Kivu ait récemment attiré l'attention internationale, la situation au Sud Kivu n'en demeure pas moins inquiétante: les attaques violentes, les pillages et les incendies de villages, les exécutions et les violences sexuelles continuent. Il y a actuellement plus de 700 000 personnes déplacées au Sud Kivu.

La visite de Mme Kang en RDC coïncide avec un regain de l'attention internationale pour le pays. Lors de ces discussions, elle a souligné que l'Accord-cadre de paix, de sécurité et de coopération pour la RDC et la région a ravivé l'espoir que les dirigeants feront tout leur possible pour s'attaquer aux causes profondes de ce conflit prolongé et apporter enfin une paix durable aux populations qui souffrent depuis trop longtemps dans l'est du pays.

La haute responsable onusienne souligne également que tous les acteurs et parties prenantes doivent s'investir de manière totale afin de pouvoir donner une chance à la paix.

« Les droits de l'homme, le bien-être et la dignité humaine ne peuvent exister dans cet état de violence et d'insécurité prolongé », dit Mme Kang.

La Sous-Secrétaire générale est attendue en Ouganda où elle doit s'entretenir avec des hauts responsables onusiens de la RDC et de la région sur les ramifications régionales et la persistance de la crise.


News Tracker: autres dépêches sur la question

RDC : L'envoyée spéciale de l'ONU propose des principes de sortie de crise dans l'est du pays

En savoir plus





Coup de projecteur